Combattre avec Marie pour arracher ce monde aux ténèbres

22 août 2017 : fête de Marie Reine (Fr. Xavier)

Aujourd’hui avec la très sainte Trinité, avec toute la cours céleste, les anges, et les saints, avec les âmes du purgatoire, avec les chrétiens de l’Eglise pérégrinante de cette terre nous fêtons avec joie et enthousiasme Marie comme reine. Transfigurée jusqu’en son corps, elle nous apparaît, au huitième jour après l’Assomption, comme la réussite suprême de la Rédemption, le plus beau fruit de l’arbre de la Croix : la femme couronnée d’étoile de l’apocalypse « brille déjà comme un signe d’espérance assurée et de consolation devant le peuple de Dieu en pèlerinage » (cf. Lumen Gentium n°68 – Concile Vatican II). Avec l’hymne latine nous voulons vous dire Ave Regina caelorum, salut souveraine des Anges ! Salut, Tige de Jessé ! Salut Porte d’où la lumière s’est levée sur le monde ! Réjouissez-vous, ô Vierge glorieuse, qui l’emportez sur toute beauté… priez le Christ pour nous.

Lors de son homélie au Puy du Fou, le 12 août dernier, un peu comme St Michel lors de la révolte luciférienne avec son ‘Quis ut Deus ?’(= ‘Qui est comme Dieu ?’ = Michel), le cardinal Sarah a posé cette question :

« Qui donc se lèvera aujourd’hui pour Dieu ? Qui donc se tiendra debout, le Livre   de la Révélation à la main, pour dénoncer et détruire les nouvelles idéologies post-modernes qui polluent l’anthropologie chrétienne, démolissent la vraie nature de notre famille et du mariage et promeuvent la culture de la mort et de la barbarie. Qui donc osera affronter les persécuteurs modernes de l’Église d’aujourd’hui ? Qui aura le courage de se lever sans autres armes que le chapelet et le Sacré-Cœur, pour affronter les colonnes de la mort de notre temps que sont le relativisme, l’indifférence et le mépris de Dieu ? Qui dira à ce monde que la seule liberté qui vaille la peine qu’on meure pour elle, est la liberté de croire ? […] « Mes frères, comme nos frères Vendéens d’autrefois, nous sommes aujourd’hui appelés au témoignage, c’est-à-dire au martyre. » L’idéologie du Genre, le mépris de la fécondité et de la fidélité sont les nouveaux slogans de cette révolution. Les familles sont devenues comme autant de Vendée à exterminer.

Nous devons « être les joyeux fers-de-lance d’une révolte contre cette nouvelle dictature de l’égoïsme ».

 

Que nous soyons Domini ou ami de la communauté, nous voulons nous laisser interpeler par cette question du cardinal Sarah qui n’est que la résonnance des différents appels à l’amour que Jésus a lancé à Paray le Monial, à Josefa Ménendez et à bien d’autres, encore inconnus ! Nous voulons répondre de toutes nos forces un Oui généreux.

Marie parce qu’elle est reine, est la nouvelle Esther qui sauva son peuple de la destruction. Cette reine a supplié son Roi et obtenu de ce Roi bien-aimé et tout-puissant la certitude que son Cœur Immaculé triompherait. Elle est venue nous le dire à Fatima. Elle est venue nous dire : consacrez-vous à mon Cœur Immaculé, consolez mon cœur et réparez pour les outrages qu’il reçoit. Dites le chapelet pour obtenir la paix. C’est le plan que Dieu m’a donné pour obtenir la victoire, pour diffuser la lumière de mon cœur Immaculée dans les âmes et changer ainsi les cœurs.

 

En terminant notre retraite nous allons renouveler notre consécration au Cœur Immaculé de Marie. Encore une fois pourrions-nous dire ! Oui, encore une fois mais chaque renouvellement de la consécration doit se faire avec plus de profondeur pour que peu à peu elle devienne totale. Il a fallu que les papes s’y prennent à plusieurs fois pour que la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie soit pleinement effectuée et porte tous ses fruits. Nous pouvons penser que les consécrations successives ont porté certains fruits et ont préservé l’humanité de maux encore plus horribles. Nous devons aussi comprendre que la consécration au Cœur Immaculé n’est pas une formule magique mais une attitude du cœur qui choisit Marie pour Mère et pour Reine pour se laisser guider. La consécration au Cœur Immaculé n’est pas une formule mais un chemin de vie avec la Vierge Marie. Elle est un apprentissage à vivre comme elle, à vivre de ses vertus où elle prend possession de nos existences. Tout comme Jésus, Marie n’enlève rien non plus ; elle nous donne Jésus ; elle forme Jésus en nous. C’est le chemin qu’ont emprunté ces grand amoureux de Marie comme St François d’Assise, St Bernard, St Louis-Marie Grignion de Montfort, St Jean Eudes, St Jean-Paul II… Alors Marie Reine, nous voulons combattre avec vous pour arracher ce monde aux ténèbres de Satan et que les cœurs retrouvent la lumière divine.  C’est une aventure passionnante, nous voulons y donner notre vie pour la gloire de Dieu et le salut des âmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *