Pierre a parlé par la bouche de Léon !

Dimanche 27 août 2017. 21e A – Ste Monique (Retraite Domini) (P. Bernard)

Bien chers amis, nous nous préparons, en ce dimanche, aux deux prochains évènements importants pour la Communauté : les vœux perpétuels de nos sœurs Claire-Luce, Colombe et Marie-Joséphine, dimanche prochain et à l’ordination diaconale de frère Thomas par notre évêque, Mgr Jean-Louis Balsa, ce prochain samedi en cette église à 15 heures. Comme dimanche dernier, une partie de la Communauté vit la deuxième Retraite dont le thème est le même que celui des retraites pour tous qui vous seront proposés en plusieurs de nos Foyers, cette année : « soyez saints, parce que Moi le Seigneur Votre Dieu, Je suis saint ». Le Concile Vatican II et les Papes qui l’ont mis en œuvre n’ont pas cessé d’appeler tous les baptisés à la sainteté. Mais vouloir être saint, n’est-ce pas une folie ? La petite Thérèse Martin avait bien compris que vouloir être sainte, c’était répondre à l’appel de Dieu. Elle a voulu alors être une grande sainte ! Elle savait qu’elle ne pouvait pas être sainte par elle-même, mais que Jésus lui en donnerait la grâce ! Imitons Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus et n’ayons pas peur d’être des saints, comme nous l’a demandé, plusieurs fois, Saint Jean-Paul II ! Saint Jean Bosco a rappelé à Dominique Savio qu’un saint ne devait pas être un triste saint. Saint Paul, dans la deuxième lecture de ce dimanche, nous invite à nous réjouir profondément en Dieu : réjouissons-nous dans le Seigneur, même si l’avenir immédiat ne porte pas à la confiance et à la joie. Soyons les témoins de la joie dans l’Esprit-Saint. La première lecture de ce dimanche devrait faire réfléchir tous les responsables des Nations. Dieu annonce par son prophète qu’Il chasse de son poste de gouverneur Shebna parce qu’il est un corrompu. Dieu révèle aussi qu’Il va donner au nouveau gouverneur la clé de la maison de David et qu’Il le rendra stable et ferme. Cette prophétie a été choisie parce qu’elle trouve son accomplissement en l’évangile de ce dimanche : Jésus promet à Pierre, le Rocher, de lui donner les clés du Royaume des Cieux ! Tout ce qu’il liera sur la terre sera lié dans les Cieux et tout ce qu’il déliera sur la terre sera délié dans les Cieux ! Nous connaissons bien l’évangile de ce dimanche dont nous lirons la deuxième partie dimanche prochain. Il est important de rappeler la Constitution de l’Eglise, telle que Jésus, Son Fondateur l’a voulue. Notre-Seigneur le dit explicitement en ce dimanche : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise et les portes de l’Enfer ne l’emporteront pas contre elle ». Soulignons le contexte de cette importante proclamation de Jésus. Notre-Seigneur a demandé à ses disciples : « qui suis-Je pour les gens ? » Ceux-ci répondent : pour les uns, Il est un prophète, pour d’autres, Il est Elie, mais personne ne connaît la Vérité sur Sa Personne. Jésus demande alors aux disciples : « et pour vous, qui suis-Je ?» Pierre donnera la bonne réponse : Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ! Notre-Seigneur lui fait remarquer que c’était Son Père qui lui avait fait comprendre cela. Ce texte est le fondement du dogme de l’infaillibilité pontificale. Mais lorsque Jésus a demandé trois fois au même apôtre, après Sa Résurrection : « M’aimes-tu ? », Il ne l’a pas appelé « Pierre », mais « Simon ». Cette distinction est importante : lorsque le chef des apôtres proclame infailliblement une vérité concernant la Foi et la morale, il est Pierre. Lorsque ce même chef des apôtres renie Jésus, il est Simon ! Vatican I n’a pas dit que le Pape était infaillible en toutes ses déclarations, mais ce Concile a proclamé qu’il était infaillible lorsqu’il parlait « ex cathedra » = du haut de sa chaire, lorsqu’il engage son Magistère pétrinien. Le ministère de Pierre, tout au long de l’histoire de l’Eglise a gardé l’Eglise catholique dans la fidélité à la Vérité révélée en matière de Foi et de morale. La parole de Jésus s’est réalisée : l’Enfer n’a pas pu détruire l’Eglise et il ne pourra pas la détruire ! Les participants au Concile de Chalcédoine, en 451, ont dit : « Pierre a parlé par la bouche de Léon ». Cette proclamation est très importante. Elle distingue bien Léon, qui n’est pas Simon, frère d’André, le premier apôtre. Mais en affirmant avec précision et clarté que Jésus était l’unique Personne divine du Fils de Dieu, possédant deux natures : la nature divine et la nature humaine, les évêques de Chalcédoine ont bien compris que Pierre avait parlé par la bouche de Léon. Lorsque le Pape proclame une vérité infaillible en matière de foi et de morale, il est Pierre. Lorsqu’il énonce une opinion personnelle il est Paul, Jean-Paul, Benoît, François. Comprenons cela en profondeur et nous garderons la confiance et la sérénité : l’Enfer ne pourra pas détruire l’Eglise, parce qu’elle est fondée sur la Foi de Pierre !

En ce 27 août, nous fêtons Sainte Monique, la mère de Saint Augustin que nous fêterons demain. Saint Jean-Paul II, comme nous l’avons rappelé le 15 août, s’était adressé aux femmes dans son dernier grand appel à la France, le 15 août 2004 à Lourdes. Il leur avait demandé d’être des sentinelles de l’invisible. Sainte Monique a été une telle sentinelle pour son fils Augustin pécheur. Elle a beaucoup prié et pleuré pour obtenir sa conversion. Grâce aux prières et aux pleurs de Sainte Monique, Augustin s’est converti et il est devenu le plus grand docteur de l’Eglise d’Occident : le docteur de l’Amour ! Mère Marie-Augusta aimait beaucoup son Saint Patron Saint Augustin. Elle a compris que sa première mission était de collaborer avec Jésus et la Vierge Marie au Salut des âmes. Demandons à Notre-Dame des Neiges la grâce de participer à notre petite place au Salut des âmes. Avec Sainte Monique, obtenons la conversion de nouveaux Augustins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *