St Bernard, la douceur du miel… et la force de la vérité !

20 aout 2017 : 20e dimanche ordinaire (1ère Retraite de la communauté) (P. Bernard)

Bien chers amis, cette Messe dominicale en ce temps de vacances est aussi pour plusieurs membres de la communauté la Messe de Retraite. Depuis le début de la colonie, les pèlerins de Notre-Dame des Neiges, de tous âges, se sont succédé pour venir prier auprès de sa statue. Nous ne pouvons que nous réjouir de constater les grâces données par le Cœur Immaculé de Marie à tous ceux qui viennent prier Notre-Dame des Neiges. Les frères et les sœurs ont besoin, chaque année, de venir se ressourcer pendant une petite semaine auprès du Cœur de Jésus, de Notre-Dame des Neiges et sur la tombe de nos Fondateurs en notre petit village de Saint-Pierre-de-Colombier pour confier à Dieu les activités missionnaires de la prochaine année, faire le bilan de l’année qui vient de s’écouler et demander à Dieu les grâces pour mieux répondre à ses appels à la sainteté. Le thème de nos retraites est le même que celui que nous vous proposerons en nos divers Foyers tout au long de cette année. N’ayez pas peur de faire, à votre tour, une Retraite de 5 jours, c’est un grand temps de grâces et vous verrez, ce n’est pas difficile. La Retraite est à la portée de tous. Elle permet un cœur à cœur avec les Personnes divines, la Vierge Marie, les anges et les saints. N’ayez pas peur de faire une Retraite, n’ayez pas peur de donner 5 jours à Dieu, Il vous rendra au centuple ! Oui, la Retraite permet de goûter que Dieu est Bon et qu’Il nous aime amoureusement ! N’ayons pas peur de nous approcher de Son Cœur, vivant dans le Tabernacle de notre église ! Jésus veut nous brûler au Feu de Son Amour. Laissons-Le nous enflammer d’Amour ! Mère Marie-Augusta et notre Père Fondateur nous précèdent sur cette voie. Ils ont beaucoup aimé Jésus et Notre-Dame des Neiges. Imitons-les !

            Les lectures de ce dimanche révèlent que le Salut n’est pas réservé à un tout petit nombre d’élus. Dieu offre le Salut à tous ! Dans l’AT, Dieu avait mis à part le Peuple de Dieu, Israël. Les membres du Peuple de Dieu étaient les descendants par le sang d’Abraham, le père des croyants. Le prophète Isaïe avait, cependant, prophétisé que Dieu ferait bon accueil aux étrangers, devenus ses serviteurs. Sa Maison s’appellerait « Maison de prière pour tous les peuples ». Le psaume 66 proclame que le chemin de Dieu sera connu sur la terre et que Son Salut serait présent parmi toutes les Nations. Le psaume se concluait par cette prière : « que toute la terre adore Dieu ». Jésus, dans l’évangile, a éprouvé une Cananéenne qui lui demandait de délivrer sa fille tourmentée par un démon. Jésus lui a dit qu’Il n’avait pas été envoyé par Son Père qu’aux brebis perdues d’Israël. Mais la Cananéenne a insisté : « Seigneur, viens à mon secours ! » Jésus a éprouvé encore sa foi. La Cananéenne ne s’est pas découragée. Jésus a alors admiré la grande Foi de cette païenne et a guéri sa fille. Posons-nous cette question : avons-nous la Foi de la Cananéenne ? Demandons à Notre-Dame des Neiges de faire grandir notre Foi. Que Jésus ne nous dise pas au grand jour du Jugement universel : « hommes de peu de foi » !

Saint Bernard, que nous fêtons en ce 20 août, a eu une grande Foi. Il a renoncé à être chevalier, renoncé à faire carrière dans l’église en ambitionnant l’épiscopat, renoncé à être membre d’un Ordre religieux prestigieux comme celui de Cluny. Il a fait le choix d’une pauvre communauté qui était en train de mourir : les Cisterciens. Il a entraîné avec lui 30 compagnons. Le supérieur des Cisterciens, Saint Etienne Harding, qui voyait sa communauté mourir, avait prié Dieu de venir à son secours. Dieu l’avait réconforté : bientôt allait arriver une troupe de jeunes demandant d’entrer dans le monastère. La prophétie se réalisa avec l’arrivée de Saint Bernard et de ses compagnons. Bernard avait choisi Cîteaux pour vivre caché. Dieu va le sortir, malgré lui, de sa retraite et il va devenir l’un des hommes les plus en vue du 11e siècle. Ses supérieurs, trois années après son entrée à Cîteaux, l’envoyèrent fonder Clairvaux et le choisirent comme Père Abbé. Les vocations vont affluer à Clairvaux, grâce à la parole de feu de Saint Bernard, et cette abbaye fondera plus de 100 abbayes en Europe ! Saint Bernard, malgré lui encore, interviendra pour faire reconnaître par les rois le vrai Pape à un moment où il y avait deux Papes ! Un de ses fils religieux deviendra Pape sous le nom d’Eugène III. Saint Bernard lui écrira une règle de vie. A la demande de ce Pape, il prêchera la seconde croisade à Vézelay et il parcourra l’Europe. Saint Bernard est docteur de l’Eglise. Il est appelé le « docteur mellifique » parce que ses paroles annonçant la Vérité révélée étaient proclamées avec force et douceur, la douceur du miel. Saint Bernard a beaucoup commenté le Cantique des cantiques. Son âme s’identifiait à l’épouse du cantique des cantiques. Il était vraiment amoureux de Jésus, le Verbe Incarné, l’Epoux. Il a donné à ses contemporains une spiritualité fondée non sur la crainte de Dieu mais sur l’Amour. Dieu est Amour et Il n’attend qu’une chose de ses créatures : un retour d’amour ! Chacun de nous peut lui donner ce retour d’amour ! Saint Bernard, enfin, a été le chantre de Notre-Dame. La France lui doit beaucoup. Il aimait profondément la Vierge Marie. Les trois derniers mots du Salve Regina sont de Saint Bernard : O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria. Demandons à saint Bernard de nous apprendre à aimer amoureusement Jésus et à nous laisser guider pas à pas par la Vierge Marie : à Jésus par Marie !

Laissez un commentaire