Aux racines chrétiennes de l’Europe…

25 septembre 2017 : Saint Firmin (Fr. Jean-Régis)

La mémoire de ce jour nous permet d’approfondir l’une des racines chrétiennes qui ont façonné notre pays. Saint Firmin naquit à la fin du 1er siècle à Pampelune, en Espagne. Ses parents étaient des plus riches et des plus considérables de la ville, son père étant sénateur romain. Ils furent convertis à la foi en Jésus par Saint Honestus, prêtre de Toulouse et disciple de Saint Saturnin, premier évêque de Toulouse. Convaincus que de la première éducation dépend ordinairement le reste de la vie, ils mirent leur fils entre les mains de ce saint ecclésiastique, qui l’instruisit et le prit pour compagnon de ses courses apostoliques.

Prêtre à 24 ans, Firmin eut tant de succès dans ses prédications, que saint Honorat, successeur de saint Saturnin à Toulouse l’ordonna évêque, pour évangéliser les païens. Firmin devint un grand missionnaire parcourant les Gaules. Il évangélisa Agen, Clermont, Angers, Beauvais, essuyant plusieurs fois la persécution : battu de verges, chargé de chaînes, jeté dans les cachots. Mais tous ces obstacles ne purent atteindre son courage et son zèle pour faire connaître et aimer Jésus. La ville d’Amiens fut la dernière et la plus glorieuse étape de l’apôtre, qui y fixa son siège. Dès les premiers jours, sa prédication et son rayonnement touchèrent le sénateur Faustinien qui se convertit avec toute sa famille. Firmin joignait aux charmes de son éloquence le témoignage invincible d’une multitude de miracles. Peu de temps après son arrivée, les temples de Jupiter et de Mercure furent complètement déserts. Son zèle finit par inquiéter les autorités romaines. Aussi, Firmin couronna sa course apostolique par le glorieux témoignage du martyre en mêlant son sang à celui de son Sauveur : le gouverneur Sebastianus le fit décapiter le 25 septembre 303.

Nous pouvons donc prier en ce jour pour le diocèse d’Amiens dont Saint Firmin est le protecteur, pour toute la Navarre dont il est le co-patron avec Saint François Xavier. Plus largement, nous pouvons prier et confier à Saint Firmin tous les évêques. Qu’à son exemple et avec son aide, ils soient fidèles à leur triple mission d’enseigner, de gouverner et de sanctifier le peuple qu’il leur est confié. Que, ne craignant pas d’aller avec fermeté chrétienne à contre-courant de tout ce qui s’oppose à Dieu et à sa loi d’amour, ils puissent faire resplendir la splendeur de la vérité en faisant connaitre et aimer Jésus, seul Rédempteur de l’homme. Que saint Firmin, qui fut l’un des premiers propagateurs de la foi en Gaule, nous aide à rester fidèles aux racines chrétiennes qui ont façonné notre pays.

Laissez un commentaire