Je vois le Seigneur qui nous appelle !

28 octobre 2017 : Saints Simon et Jude (P. Bernard)

Fêtons avec joie, en ce samedi, deux apôtres dont on parle moins que Saints Pierre, Paul, Thomas, Jacques le Majeur et qui pourtant méritent autant que ces grands apôtres notre reconnaissance. Ils doivent être pour chacun de nous des modèles et nous devons les prier avec confiance : ils sont de grands intercesseurs et de grands protecteurs. Nous savons, par la Tradition, que Simon et Jude étaient les frères de Jacques le mineur et qu’ils étaient les fils d’Alphée et de Marie de Cléophas, fille de la sœur aînée de la Sainte Vierge, Marie d’Eli. Marie de Cléophas, nièce de la Vierge Marie, avait épousé Alphée, qui était veuf et qui était le père de Matthieu, apôtre et évangéliste. Alphée est donc le père de 4 apôtres : Matthieu, Jacques le mineur, Simon et Jude ! Ces trois derniers apôtres sont les fils de Marie de Cléophas et les demi-frères de Matthieu.

Simon est surnommé par la Tradition « le zélote », parce qu’il brûlait de zèle pour Dieu comme le prophète Elie. Jude, quant à lui, est aussi appelé « Thaddée ». Cet adjectif araméen, à la signification obscure, pourrait signifier courageux. Nous savons peu de choses sur ces deux cousins germains de Jésus, mais nous avons tout de même des traditions sûres. Simon aurait été secrétaire dans un tribunal de commerce à Tibériade. Il aimait la justice et voulait la faire respecter. Jude, quant à lui, pratiquait le métier de pêcheur avec son frère Jacques. Il avait beaucoup d’ardeur. Simon et Jude ont très probablement préféré Jean-Baptiste à Jésus, comme les autres disciples du Précurseur. Mais, peu à peu, ils ont compris ce que Jean Baptiste leur a dit : Jésus est plus grand que moi. Il était sans doute très difficile pour eux, cousins germains de Jésus, de comprendre que Jésus était le Fils unique de Dieu. Pour eux, Jésus était le fils de leur grand-tante, la Vierge Marie, fille de leur grand-mère, Marie d’Eli. Ils ne savaient pas que la conception de Jésus était miraculeuse. La Vierge Marie n’avait pas révélé aux membres de sa famille le mystère de l’Incarnation. Si elle n’avait pas pu en parler à Saint Joseph, son époux, il est bien évident qu’elle n’en avait rien dit à Marie de Cléophas, sa nièce et à ses petits neveux, Jacques le mineur, Simon et Jude ! Mais, grâce à St Jean Baptiste, ces trois frères vont devenir des apôtres de Jésus et lui feront confiance en répondant « oui » à son appel « viens et suis-moi ».

St Jude, dans sa lettre énergique, met en garde les chrétiens contre ceux qui prennent le prétexte de la grâce de Dieu pour excuser leur débauche et égarer leurs frères avec des enseignements inacceptables, en introduisant des divisions au sein de l’Eglise «dans leurs chimères» (v8). Il compare ces chrétiens aux anges déchus, «partis sur le chemin de Caïn » (v11) à des «nuages sans eau emportés par le vent ; arbres de fin d’automne sans fruits, deux fois morts, déracinés ; flots sauvages de la mer, crachant l’écume de leur propre honte ; astres errants, pour lesquels est réservée à jamais l’obscurité des ténèbres» (vv12-13). Nous n’avons plus l’habitude aujourd’hui d’entendre de telles paroles fortes ! St Jude et son frère Jacques le mineur seraient appelés aujourd’hui des apôtres rigides, intolérants, fondamentalistes, qui ne comprennent pas les situations complexes. Pourtant ces apôtres énergiques sont des témoins oculaires de la vie publique de Jésus et des serviteurs de la Parole de Dieu. Saint Bernard aimait beaucoup Saint Jude. Aujourd’hui, St Jude est le Patron des causes désespérées ou perdues.

N’oublions pas de prier Simon le Zélote, plus instruit que les pêcheurs galiléens du groupe des douze. La Tradition dit qu’il prêcha en Égypte, en Mauritanie, en Libye. Saint Jude, après avoir prêché en Afrique avec beaucoup de succès, revint en Orient et annonça l’Évangile dans la Judée, la Samarie, la Syrie et la Mésopotamie. Simon et Jude se rejoignirent en Perse, et là ils combattirent et moururent ensemble. Leurs paroles et leurs miracles les firent traiter avec respect par le roi de ce pays, qui leur laissa la liberté d’évangéliser. Le roi, sa cour et plus de soixante mille Perses se firent chrétiens. Les démons inspirèrent aux païens de contraindre les deux frères apôtres à sacrifier au soleil. « Mon frère, dit alors Jude à Simon, je vois le Seigneur qui nous appelle ». « Et moi, reprit Simon, j’ai vu Jésus-Christ entouré de Ses Anges».  « Que choisissez-vous, leur aurait demandé un ange : la mort ou l’extermination de ce peuple impie ?Miséricorde pour ce peuple! – crièrent les deux Apôtres. Que le martyre soit notre partage ! » St Jude et St Simon, cousins de Jésus, vous êtes bien, vous aussi deux grands apôtres martyrs !

 

Laissez un commentaire