Les honneurs ne le détournèrent pas de son amour pour Jésus

Jeudi 26 octobre : Saint Dimitri de Thessalonique (Frère Xavier)

Saint Dimitrios vécut à Thessalonique sous le règne de Dioclétien et Maximien (284-305). Il est descendant d’une des plus nobles familles de la Macédoine ; il était admiré de tous pour ses dons, mais aussi pour sa vertu. Expert en l’art militaire, il avait été nommé, malgré son jeune âge, général des armées de Thessalie et proconsul de Grèce par Maximien. Mais ces honneurs ne détournèrent pas son cœur de son amour pour Jésus. Il passait son temps à enseigner publiquement la parole de Dieu. Sa parole et sa vie sainte et juste étaient si convaincantes, que beaucoup de païens se convertissaient, malgré la persécution lancée par l’empereur contre les Chrétiens.

Comme l’empereur Maximien venait de remporter de grandes victoires, de retour vers Rome, il s’arrêta à Thessalonique pour se faire acclamer et offrir des sacrifices d’action de grâces aux idoles. Certains païens, jaloux de Dimitrios, le dénoncèrent à l’empereur comme Chrétien. Maximien fut saisi de colère lorsqu’il apprit que Dimitrios profitait de sa place dans les assemblées officielles pour parler du Christ. Il le fit enfermer dans un cachot malsain. On le laissa seul, dans l’humidité et les odeurs nauséabondes. Dimitrios se réjouissait à la perspective de son martyre.

Comme il était de coutume en de telles circonstances, Maximien avait organisé des jeux et des combats de gladiateurs. Il avait emmené avec lui une sorte de géant, à la force herculéenne dénommé Lyaios. Celui-ci était si fort et si habile que personne ne lui résistait. Nestor, un jeune chrétien de la ville, voyant l’orgueil que tirait l’empereur des victoires de son protégé, décida de lui montrer que c’est au Christ seul qu’appartient la vraie puissance. Il courut vers le cachot où était Dimitrios et lui demanda la protection de sa prière pour affronter le géant. Dimitiros fit le signe de Croix sur son front et son cœur et l’envoya, tel David au-devant de Goliath (cf. I Sam. 17). Il arriva à l’amphithéâtre au moment où les hérauts criaient partout à qui voudrait affronter Lyaios. Nestor s’avança alors devant l’empereur et jeta sa tunique à terre en criant: «Dieu de Dimitrios, viens à mon aide ! » Dès le premier engagement, alors que le géant se ruait sur le garçon, celui s’esquiva et le perça mortellement au cœur avec son couteau. Tous furent saisis de stupeur et se demandaient comment l’invincible barbare était si soudainement tombé sous les coups d’un frêle enfant. Au lieu de se soumettre à ce signe de la puissance de Dieu, l’empereur en colère ordonna qu’on se saisisse de Nestor et qu’on lui tranche la tête en dehors de la ville. Comme il avait entendu Nestor invoquer le Dieu de Dimitrios, Maximien soupçonna ce dernier d’avoir usé de quelque sortilège. Il ordonna à ses soldats d’aller le tuer avec leurs lances au fond de son cachot.

 

Lupus, le serviteur de Dimitrios, avec quelques autres chrétiens, étaient présents. Avant de l’ensevelir, il prit la tunique du Martyr baignée de son sang et mit à son doigt la bague royale de son maître. Par ces deux trophées, Lupus accomplit de nombreuses guérisons. Lorsque Maximien l’apprit, il envoya aussitôt ses soldats trancher la tête du fidèle serviteur.

Dieu rappela la puissance d’intercession de Dimitrios en faisant couler de son corps un liquide parfumé qui procurait la guérison à ceux qui s’en oignaient avec foi. A maintes reprises depuis mille six-cent ans, saint Dimitrios a protégé la ville et les habitants de Thessalonique des assauts des barbares, des épidémies et des famines.

Source : http://www.icones-grecques.com saint-dimitrios.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *