Quand un ancien esclave devient pape…

14 octobre 2017 : Saint Calixte (Fr. Clément-Marie)

 
Saint Callixte
, dont le nom signifie en grec « le plus beau » (kallistos), est né aux alentours de l’année 155, à Rome. Il devint chrétien à l’âge adulte. Il était esclave d’un haut fonctionnaire de l’empereur Commode, nommé Carpophore, qui était aussi chrétien. Son maître qui l’estimait le chargea d’administrer ses biens. À la suite de la faillite d’une banque où il avait placé de l’argent, il fut dénoncé comme chrétien, et condamné aux mines de soufre de Sardaigne. Il y travailla durant trois ans à l’extraction du minerai, faisant preuve de dévouement auprès des autres bagnards.

Marcia, la maîtresse de l’empereur Commode, qui était chrétienne de cœur et non pas de conduite, connaissait le jeune Calixte, et obtint qu’il fût libéré et affranchi vers 190, il passa quelques années à Antium au sud-est de Rome en mission pour Victor Ier et prit le temps de se cultiver et de s’adonner à l’étude des Saintes Écritures. Zéphyrin, dès son élection comme pape en 199, l’appela à ses côtés, le faisant son secrétaire personnel ainsi qu’archidiacre de la ville.

Calixte fut également le créateur du premier cimetière chrétien et qui porte aujourd’hui le nom de « Catacombe de Saint-Calixte ». Il inaugure aussi une nouvelle coutume : désormais, trois fois par an, le samedi qui précède les moissons, les vendanges et le commencement de la cueillette des olives, on observe un jeûne afin d’attirer la bénédiction du ciel.

À la mort du Pape saint Zéphyrin, il lui succède, devenant le 16e pape. Durant son pontificat de cinq ans, il autorisa, à l’encontre de la loi civile, les mariages entre esclaves et personnes libres. De plus il fit recevoir à la pénitence, malgré les tenants de la rigueur, tous les pécheurs repentants, si grandes soient leurs fautes, en particulier les lapsi. C’est enfin un financier expérimenté, ce qui favorisa une certaine prospérité de l’Église de Rome.

Il mourut le 14 octobre 222, victime d’une émeute dirigée contre les chrétiens, lors de l’assassinat de l’empereur Élagabal. Défenestré, puis jeté dans un puits, recouvert de décombres, il en fut retiré par un prêtre une quinzaine de jours après et inhumé.

Sa vie montre l’extraordinaire brassage et ouverture de l’Église : à la fin du IIe siècle, un ancien esclave devient pape… D’autre part, on peut retenir de saint Calixte qu’il fut un très bel exemple à la fois de bonté et de courage. En effet, on dit de lui qu’il était inflexible sur la doctrine (le martyrologe romain insiste sur le fait qu’il « défendit la pureté de la foi »), et en même temps profondément miséricordieux pour les pécheurs repentants… Prions-le pour les pasteurs, afin qu’ils imitent ensemble sa fidélité et son authentique miséricorde.

Laissez un commentaire