Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes…

Lundi 16 octobre 2017 : Sainte Marguerite-Marie Alacoque (Fr. Joseph)

Sa vie

Sainte Marguerite-Marie est née en 1647. Son père était notaire royal et elle a une petite enfance très heureuse. Elle est favorisée de grâces particulières : vers l’âge de 5 ans, au cours d’une messe, entre les deux élévations, elle « fait vœu de chasteté« , même si elle ne comprend pas alors le sens de ses paroles.

Après sa première communion quand elle a le plus envie de jouer quelque chose la tire à l’écart, l’obligeant à se mettre en prière, et cela lui est doux : « Devant le saint Sacrement, jamais je ne m’ennuyais. J’y aurais passé des jours et des nuits entières sans boire ni manger, pour lui rendre amour pour amour« 

Mais les épreuves vont arriver. A partir de ses 11 ans, elle passe 4 années alitée : ses jambes couvertes de plaies suppurent, elle ne peut plus marcher. Elle promet spontanément à la Sainte Vierge, « sa bonne mère« , de « devenir une de ses filles » : elle est guérie.

A cela s’ajoute le décès de son père, avec lui disparaît le protecteur de la famille. Dès lors sa grand-mère paternelle, sa tante et sa grande tante vont beaucoup faire souffrir Marguerite-Marie et sa maman qui sont sans défense: coups, reproches, corvée d’eau fatigantes, des journées entières sans manger ni boire à se cacher car l’atmosphère familiale est insupportable. Marguerite-Marie passe des nuits à pleurer devant le crucifix et elle pressent sa vocation de victime en union avec le Christ qui « lui était toujours présent sous la figure du crucifix ou d’un Ecce homo portant sa croix« .

Face aux difficultés à réaliser sa vocation, Marguerite-Marie tente d’oublier son vœu de virginité. Jésus se présente à elle dans l’état où l’a laissé la flagellation. C’est elle, lui dit-il, qui l’a mis en cet état. On la presse de se marier, Jésus lui dit : « Si tu me fais ce mépris, je t’abandonne pour jamais. Mais si tu m’es fidèle, je ne te quitterai point… Je t’apprendrai à me connaître et me manifesterai à toi.« 

A 24 ans, elle peut enfin réaliser sa vocation et rentre à la Visitation de Paray le Monial. Selon les révélations de Notre Seigneur, et soutenue par le Saint jésuite Claude La Colombière, elle parviendra à promouvoir le culte du Sacré-Cœur d’abord dans l’Ordre de la Visitation, puis dans toute l’Église.

4 ans avant sa mort, Jésus lui fait cette admirable confidence : « Si je n’avais pas institué mon sacrement d’amour, je l’instituerais pour l’amour de toi, afin d’avoir le plaisir de loger dans ton âme et de prendre mon repos d’amour dans ton cœur« . Elle meurt le 16 octobre 1690.

La Révélation du Cœur de Jésus

* Amour et Miséricorde : Le 27 décembre 1673, fête de saint Jean, étant devant le saint Sacrement, Jésus lui découvre son Cœur : « Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes et pour toi en particulier que, ne pouvant plus contenir les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande par ton moyen. »

Jésus aime et a soif de pardonner. Il montre la dévotion à son Cœur comme un grand effort de son amour pour faire miséricorde.

* Réparation

Lors de la Grande apparition de juin 1675, Marguerite-Marie étant encore devant le saint Sacrement, Jésus lui montre son Cœur et lui dit : Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes … Et, pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les mépris et les froideurs qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’Amour. Et ce qui m’est encore plus sensible, c’est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. »

« J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au saint Sacrement ; et je ne trouve personne qui s’efforce, selon mon désir, pour me désaltérer, en rendant quelque retour à mon amour. » (L. 133)

Jésus demande donc réparation : il demande que le vendredi dans l’octave du Saint-Sacrement, soit instituée une fête spéciale pour honorer son Cœur qui doit être marquée par une communion réparatrice et une « amende honorable » c’est-à-dire une protestation de repentir.

* La faim de souffrir

Jésus lui montre alors une grande croix couverte de fleurs et lui dit : « Voilà le lit de mes chastes épouses, où je te ferai consommer les délices de mon pur amour ; peu à peu ces fleurs tomberont et ne te restera que les épines qu’elles cachent à cause de ta faiblesse.« 

Jésus apprend à Ste Marguerite-Marie à aimer la souffrance et à la désirer. Il lui dit : « Cette faim continuelle des souffrances, est pour honorer celle que j’avais de souffrir pour glorifier mon Père éternel. Cette soif sera de moi et de salut des âmes, en mémoire de celle que j’ai eue sur l’arbre de la croix« .

* La dévotion au Sacré Cœur

Ste Marguerite-Marie explique que de la dévotion au Sacré Cœur consiste avant tout dans la charité fraternelle. Elle donne quelques conseils :

– Parler du prochain en l’estimant, ne jamais s’informer de des fautes

– Etre cordial envers ceux pour qui on a le plus d’antipathie.

Laissez un commentaire