Avancée du projet de l’église du Cœur Immaculé de Marie à Saint-Pierre-de-Colombier

Classé dans : Actualité Domini | 0

Saint-Pierre-de-Colombier, ce 18 novembre 2017,

Fête de la dédicace des Basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul,

Bien chers amis de Notre-Dame des Neiges,

Notre Famille Missionnaire de Notre-Dame vous remercie pour vos prières et vos messages d’affection au moment de la pâque de notre Frère André. Nous n’avons aucune inquiétude pour son Salut éternel, mais nous vous remercions de continuer à prier avec nous, afin que son temps de purification au Purgatoire soit le plus bref possible et qu’il puisse sans tarder rejoindre la cordée du Ciel avec Notre-Dame des Neiges, première de cordée, notre Père Fondateur, Mère Marie-Augusta et nos sœurs qui les ont rejoints.

Le but de cette lettre est de vous informer sur l’avancée du projet de l’église du Cœur Immaculé de Marie sur le Site des Chambons à Saint-Pierre-de-Colombier. Nous avons présenté notre projet au Conseil presbytéral du diocèse de Viviers, le 20 octobre dernier. Nous avions mis au courant Monseigneur Jean-Louis Balsa, notre évêque, de l’éventualité de ce projet lors de sa première venue à Saint-Pierre, le 26 septembre 2015. Nous n’étions pas encore sûrs de pouvoir obtenir les autorisations nécessaires de l’Etat pour la réalisation d’un tel projet. J’ai expliqué à notre évêque les raisons pour lesquelles nous envisagions la construction de l’église du Cœur Immaculé de Marie et les bâtiments annexes : la contestation par Romain Calichon du permis de construire du bâtiment dont nous avions besoin pour l’accueil des pèlerins, l’accessibilité aux handicapés, et la vie des frères.

La contestation de Romain Calichon a été abondamment médiatisée et affichée dans notre village, malgré la démarche en vue de la pacification du village qui a été faite. Je suis allé rencontrer Jean-Jacques Calichon, père de Romain, pour lui dire que nos frères et notre architecte ont fait tout ce qu’ils ont pu, afin que le bâtiment pour lequel nous avions reçu le permis de construire soit le plus possible du côté du ruisseau pour diminuer au maximum la gêne pour «la maison de ses parents». J’ai pris un engagement : si nous trouvons une «autre solution», nous ne construirons pas ici le bâtiment qui nous était nécessaire pour l’accueil des pèlerins et la vie de nos frères.

En ce 18 novembre, nous pouvons dire que nous avons tenu parole. Nous n’avons pas commencé les travaux pour ce bâtiment alors que, légalement, nous en avions le droit.

«L’autre solution» est peu à peu devenue « réalité ». Nous avons pu acquérir le Site des Chambons et nous nous sommes mis en contact avec l’administration pour savoir si nous pourrions construire aux Chambons. La réponse a été claire et précise : oui, si vous êtes dans la continuité avec les maisons de la place du marché et si vous êtes propriétaire d’une voie d’accès pour les pompiers qui irait de la place du marché à l’église.

Mais comment acquérir les terrains nécessaires de la place du marché aux Chambons ? Humainement parlant, l’acquisition de tous les terrains était une œuvre bien difficile, mais rien n’est impossible à Dieu ! Aujourd’hui, nous ne pouvons que rendre grâce à la divine Providence et à Saint Joseph : tous les terrains nécessaires ont été acquis en un laps de temps relativement court. Nous tenons à remercier les propriétaires qui ont accepté de nous les vendre pour la construction de l’église du Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges.

Les services de l’État nous ont aidés à mieux connaître les lois de l’urbanisme qui concernaient notre projet. Après deux années pendant lesquelles nous avons eu plusieurs réunions de travail avec les services de l’Etat, nous avons reçu le 16 juin 2017, en la Fête de Saint Jean-François Régis, le Certificat d’Urbanisme opérationnel positif (CUb). Ce CUb nous permet, à présent, d’envisager le dépôt d’un permis de construire.

Malgré l’engagement que nous avons pris, Romain Calichon a persévéré dans la contestation de notre permis de construire. Il a demandé à un avocat de faire une requête auprès du Tribunal administratif de Lyon, le 18 novembre 2015. Cette requête était tout à fait légale, je tiens à le souligner. L’audience au Tribunal administratif de Lyon a eu lieu le 12 octobre dernier. Avec frère Clément-Marie, nous étions présents à cette audience. Le rapporteur public a donné une synthèse précise sur toutes les pièces du dossier et a demandé aux juges du Tribunal administratif de Lyon de rejeter toutes les requêtes de Romain Calichon.

La décision du Tribunal administratif a été lue en audience le 26 octobre. Elle nous a été communiquée par lettre recommandée, datée du 31 octobre 2017. Cette date, pour nous, n’est pas le fait du hasard : le 31 octobre 2017 était le dernier jour du mois du rosaire de l’année centenaire des apparitions de Fatima. Nous ne pouvons que remercier le Cœur Immaculé de Marie !

Nous tenons à souligner que le Tribunal administratif de Lyon a reconnu que le maire de Saint-Pierre-de-Colombier n’a pas violé le principe d’impartialité, comme l’avocat de Romain Calichon le prétendait. La raison donnée par le Tribunal pour rejeter l’accusation de violation d’impartialité par le maire est la suivante : le permis de construire a été délivré par le maire de St Pierre-de-Colombier au nom de l’Etat et non au nom de la commune. Il est important de préciser que, dans les communes où n’existent pas de plan local d’urbanisme (PLU) ou de plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI), ce sont les services de l’Etat qui étudient les possibilités de la faisabilité du permis et ce dernier est délivré au nom de l’Etat et non au nom de la commune. C’est ce qui se passe en notre commune de Saint-Pierre-de-Colombier. Le maire n’a donc pas exercé une décision personnelle en signant notre permis de construire mais il a agi au nom de l’Etat.

La décision du Tribunal administratif est rassemblée en une très courte phrase : « les requêtes présentées par M. Calichon sont rejetées ». Ainsi la légalité de notre permis de construire est reconnue par le Tribunal administratif de Lyon. Tout a été fait dans la conformité aux lois de l’urbanisme et le maire de Saint-Pierre-de-Colombier a strictement exercé sa fonction selon la loi.

L’engagement que j’ai pris avec Jean-Jacques Calichon n’est pas changé après cette décision du tribunal administratif. Mardi 7 novembre 2017, à la question de l’administration: « que ferez-vous de ce permis de construire si vous obteniez le nouveau permis de construire pour l’église du Cœur Immaculé de Marie et ses annexes?», j’ai répondu : «nous retirerons notre permis de construire». Mais si le permis de construire des Chambons était objet de nouvelles contestations, nous serions quitte de notre engagement et nous commencerions les travaux pour construire le bâtiment dont nous avons obtenu légalement le permis.

Je voudrais ajouter ce témoignage : le  projet de construction de l’église du Cœur Immaculé de Marie à Saint-Pierre-de-Colombier n’est pas « notre projet », mais le projet du Père Lucien-Marie DORNE et de Mère Marie-Augusta depuis les débuts de la Fondation. Plusieurs personnes peuvent en témoigner à Saint-Pierre-de-Colombier. Ce projet, cependant, n’a pas pu être réalisé de leur vivant. Les difficultés que nous avons rencontrées ont été des opportunités pour mettre en œuvre le projet de nos Fondateurs. Mais nous sommes conscients de ne pas être encore au bout du projet ! Nous avons, c’est évident, besoin de vos prières afin que la divine Providence et Saint Joseph nous permettent de le réaliser.

Nous vous invitons à participer à la prochaine grande Fête de Notre-Dame des Neiges, les samedis 9 ou 16 décembre 2017. D’année en année, les pèlerins viennent de plus en plus nombreux. De grandes grâces sont données par le Cœur Immaculé de Marie en ce pèlerinage de Notre-Dame des Neiges, qui est le sommet et la source de toutes nos activités apostoliques de l’année. En cette prochaine Fête, nous nous préparerons à entrer en l’année 2018, cinquantenaire de l’année 1968. Nous vous présenterons deux textes importants du Bienheureux Pape Paul VI : le Credo du Peuple de Dieu, donné le 29 juin 1968 et l’Encyclique Humanae Vitae, donnée le 25 juillet 1968. Paul VI avait dit à Fatima, le 13 mai 1967: « Le Concile œcuménique (Vatican II) a réveillé beaucoup d’énergies au sein de l’Eglise… Quel dommage ce serait si une interprétation arbitraire et non autorisée par le magistère de l’Eglise faisait de ce réveil une inquiétude désagrégeant sa traditionnelle et constitutionnelle consistance, si elle substituait à la théologie des grands et authentiques maîtres des idéologies nouvelles et particulières, dont le résultat serait d’enlever à la règle de la foi tout ce que la pensée moderne, à qui manque parfois même la lumière de la raison, ne comprend pas, n’apprécie pas, et qui transformerait ainsi la préoccupation apostolique de la charité qui sauve en un accord avec les formes négatives de la mentalité profane et des mœurs mondaines. Nous voulons demander à Marie une Eglise vivante, une Eglise vraie, unie, une Eglise sainte… Nous voulons prier afin que le culte de Dieu encore et toujours fleurisse dans le monde et que sa loi forme la conscience et les mœurs de l’homme moderne. La foi en Dieu est la lumière suprême de l’humanité ; et cette lumière, non seulement ne doit pas être éteinte dans le cœur des hommes, mais doit plutôt être ranimée par le stimulant qui lui vient de la science et du progrès

Pour préparer la Fête de Notre-Dame des Neiges des 9 et 16 décembre, nous vous invitons à supplier le Ciel avec nous, ce 21 novembre, Fête de la Présentation de la Vierge Marie au Temple, et à participer à la neuvaine de l’Immaculée Conception du 29 novembre au 8 décembre. Que soit hâté le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et que son église puisse être construite en notre village !

Je vous bénis affectueusement et vous assure des prières et de l’affection de tous les membres de notre Famille Domini. Nous nous confions à vos prières et nous vous remercions pour votre générosité et votre affection.

Père Bernard

Laissez un commentaire