Dans le Cœur de Jésus est enclose toute la vertu de la Divinité

16 novembre 2017 : Sainte Gertrude (Fr. Xavier)

Le 6 octobre 2010, Benoît XVI nous faisait découvrir sainte Gertrude en ces termes. Gertrude est « une célèbre mystique et la seule femme à avoir reçu le titre de Grande en Allemagne en vertu de sa stature culturelle et évangélique. Sa vie et sa pensée ont profondément influencé la spiritualité chrétienne » du Moyen Age. Née en 1256, elle entra enfant au couvent d’Helfta, comme c’était alors la coutume. Après des études, elle y passa le restant de son existence. Gertrude fut une étudiante extraordinaire, capable d’apprendre tout ce qu’on pouvait alors enseigner. « Ensuite, elle se consacra totalement à Dieu dans la vie monastique, la prière et l’étude ». Vingt ans plus tard, elle eut la vision d’un enfant qui l’encourageait à surmonter le roncier qui opprimait son esprit. A partir de ce moment, sa communion avec le Seigneur s’intensifia en un véritable chemin de conversion ». Elle abandonna ses études profanes pour se consacrer exclusivement aux théologiques et, toujours dans l’observance monastique, elle passa de ce qu’elle appelait sa vie de négligence à une vie priante, mystique et missionnaire ». Le Saint-Père a ensuite rappelé que Gertrude se repentit de « s’être trop consacrée aux arts libéraux, à la sagesse humaine, au dam de la science spirituelle, se privant ainsi du sel de la vraie connaissance. Gravissant le mont de la contemplation, elle abandonna l’homme ancien pour le nouveau ». La sainte allemande « se consacra, avec clarté et simplicité, à écrire et à diffuser la vérité de la foi. Elle servit l’Église avec efficacité et amour, au point d’être appréciée des théologiens. Il reste peu de choses de son intense production à cause de la dévastation que subit le couvent de Helfta. Ont survécu, ses Révélations et ses Exercices spirituels, qui sont des joyaux de la littérature mystique… Elle mourut en 1302.

Sainte Gertrude est une grande amante du Sacré Cœur de Jésus et une de ses grandes confidentes. Elle fut mise en contact avec la dévotion au Cœur de Jésus par sainte Mechtilde d’Hackeborn, qui fut au monastère sa maîtresse et amie. Ce fut d’ailleurs Sainte Gertrude qui mit par écrit les grâces insignes que sainte Mechtilde recevait du Cœur de Jésus. A partir de 1291, Sainte Gertrude commença à être favorisée de visions. Jésus lui fit comprendre que c’est dans son Sacré-Cœur qu’« est enclose toute la vertu de la Divinité. » Jésus-Christ grava ses plaies dans le cœur de Sa sainte épouse, lui mit des anneaux au doigt, se présenta devant elle en compagnie de sa Mère et agit en elle comme s’Il avait changé de cœur avec elle. Toutes ces grâces étonnantes ne firent que développer son amour de la souffrance. Il lui était impossible de vivre sans ressentir quelque douleur ; le temps qu’elle passait sans souffrir lui paraissait perdu, car il lui semblait que c’était un temps où elle ne pouvait pas exprimer son amour pour Jésus.

            En ce mois de novembre, pour nous aider à méditer sur les fins dernières et à prier pour les âmes du Purgatoire rapportons une des révélations qu’elle eut. Alors que sainte Gertrude priait pour un religieux récemment décédé son âme lui fut montrée ; elle demanda : « Pour quelle faute souffrez-vous davantage ? – Pour ma volonté propre : même lorsque je faisais du bien, j’aimais mieux en faire à ma tête que de suivre l’avis des autres. J’en souffre maintenant une si grande peine que, si l’on réunissait toutes les peines qui accablent le cœur de tous les hommes, elles n’arriveraient à rien de pareil à ce que je souffre. » Comme Gertrude récitait pour lui le Notre Père, quand elle prononça ces paroles : «Pardonnez-nous nos péchés comme nous pardonnons », cette âme prit un air plein d’anxiété et lui dit : « Lorsque j’étais dans le monde, j’ai beaucoup péché pour n’avoir pas facilement pardonné à ceux qui avaient agi contre moi ; pendant longtemps, je gardais mon sérieux avec eux, et, pour expiation, je souffre, lorsque j’entends ces paroles, une honte intolérable et pleine d’anxiété. »

En une autre occasion, Notre Seigneur lui enseigna cette prière pour secourir les âmes du Purgatoire : « Père Éternel, je Vous offre le Très Précieux  Sang de votre Divin Fils Jésus, en union avec toutes les Messes célébrées aujourd’hui dans le monde entier, pour toutes les saintes âmes du Purgatoire, pour les pécheurs en tous lieux, pour les pécheurs dans l’Église universelle, pour ceux de ma maison et de mes proches ».

Aujourd’hui, prions spécialement sainte Gertrude et aussi Ste Mechtilde, que nous ne pourrons pas fêter ce dimanche, de réveiller et réchauffer notre amour pour le Cœur de Jésus. Qu’à leur suite et à la suite de Mère Marie-Augusta nous nous approchions de Jésus. « Que son Cœur Sacré tout aimant réchauffe notre cœur ».

Confions aussi à Sainte Gertrude et à Sainte Mechtilde notre apostolat en Allemagne pour qu’il contribue, comme le voulait notre Père fondateur, à réveiller les trésors spirituels de ce pays.

Laissez un commentaire