Fidélité à tous les « petits riens » qui font la vie religieuse

27 novembre 2017 : Saint Bernardin de Fossa (Frère Jean-Régis)

 

En cette dernière semaine de l’année liturgique il nous est donné de méditer sur les fins dernières et notre destinée éternelle. Les lectures de ce jour peuvent nous éclairer sur une des conditions pour entrer dans la vie éternelle : le détachement des biens de ce monde. En effet, ce n’est pas en nous conformant à l’esprit et à la mode du temps que nous obtiendrons la sagesse divine mais bien plutôt par notre obéissance à la loi de Dieu. Notre Seigneur n’attend pas de nous que nous lui donnions de notre superflu, de ce que nous avons mais bien que nous nous donnions totalement, intégralement et sans retour sans rien garder pour nous-mêmes comme cette veuve qui fait don au Seigneur de tout ce qu’elle avait pour vivre.

Ce dépouillement total, saint Bernardin s’est efforcé de le vivre. Conquis par l’idéal franciscain, il entra à l’âge de 24 ans en 1445 chez les frères mineurs de l’observance. Sa vive intelligence, son sens de l’organisation et de la direction spirituelle, ses talents de prédicateur le firent nommer provincial de l’ordre franciscain de sa région puis en Bosnie et en Dalmatie. A cette époque, l’ordre de saint François vivait des dissensions fortes, entre les frères dits conventuels, partisans de l’évolution de l’ordre s’appuyant sur la bulle Cum inter nonnullos du pape Jules XXII qui déclarait que la pauvreté de Jésus et des apôtres n’a pas été absolue et les frères mineurs observants, dont faisait partie saint Bernardin et qui désiraient vivre intégralement la règle de leur saint fondateur. Saint Bernardin souffrit de toutes ces divisions mais donna un beau témoignage de vie religieuse par sa constance, sa bonté et son humilité.

Que saint Bernardin de Fossa nous aide à être tout au Seigneur, dans une donation totale, intégrale et sans réserve en développant un véritable esprit religieux. Restons bien fidèles à tous ces petits riens qui édifient la vie religieuse : fidélité à la méditation, à la lecture spirituelle et l’examen de conscience, l’exactitude dans les moindres choses accomplies avec beaucoup d’amour, la lutte contre l’esprit critique et la poursuite de la perfection de charité. Ainsi, par notre vie offerte, nous contribuerons à ce que Notre-Dame des Neiges puisse déverser avec abondance toutes ses grâces sur les nombreux pèlerins et sur sa famille Domini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *