Que notre vie soit un chant de louange à Dieu !

22 novembre 2017 : Sainte Cécile (Fr. Jean-Régis)

D’après le martyrologe romain : Depuis l’antiquité, à Rome, un titre d’église au Transtévère porte le nom de Cécile, sa tombe est vénérée au cimetière de Calliste sur la voie Appienne et son culte s’est répandu dans toute l’Église grâce au récit de sa Passion, montrant en elle un exemple parfait de femme chrétienne qui a embrassé la virginité et subi le martyre pour l’amour du Christ.

Pendant déjà plus de mille ans, Cécile a été l’un des martyrs des débuts de l’Eglise les plus vénérés. L’histoire de Cécile et Valérien est connue depuis la Passion de Cécile écrite en 535. La première mention de Cécile dans le canon de la messe date de 496.

Ste Cécile naquit dans la noble famille pratiquante de Rome des Coecilia dont sont issus beaucoup de sénateurs. Elle possédait tous les dons de grâce, de beauté et d’innocence qu’une jeune fille pouvait avoir. Riche et cultivée, elle était fervente des arts et avait un talent tout particulier pour la musique. Très jeune, elle voua sa vie à Dieu et fit vœu de virginité.

Contre son gré, son père la maria à un jeune païen nommé Valérien. Au soir du mariage lorsque les jeunes époux se retrouvèrent dans leur chambre, Cécile dit à son mari : « Je vais te conter un secret qu’il faut jurer de ne divulguer à personne. Je suis accompagnée d’un ange qui veille sur moi. Si tu me touches dans le cadre du mariage, il se mettra en colère et tu souffriras. Si tu respectes ma décision, il t’aimera comme il m’aime. » Valérien répliqua : « Montre-moi cet ange. » Elle lui dit : « Si tu crois en Dieu, et que tu deviens baptisé, tu le verras. » Valérien accepta Cécile comme épouse et promit de respecter son vœu sans revendiquer les droits issus du mariage. Il restait très impressionné par la piété et l’état de grâce de sa femme. Avec l’aide du pape St Urbain, Cécile réussit à convertir son mari au christianisme et à le faire baptiser. En retournant vers son épouse, il la trouva en prière avec un ange aux ailes de feu à côté d’elle. L’ange couronna Cécile de roses et Valérien de lilas et leur dit alors : « Recevez ces couronnes, elles sont un signe du Ciel. Jamais elles ne sécheront ni ne perdront leurs parfums. Quant à toi Valérien, demande-moi ce que tu veux. » Il souhaita que son frère Tiburcius, qui lui était très cher, l’accompagne dans sa foi. Son vœu fut accepté. Lorsque Tiburcius entra dans la maison, le parfum des fleurs invisibles à ses yeux le saisit et il se laissa convaincre par Cécile et Valérien de renoncer à ses faux dieux. Il se convertit et fut baptisé par St Urbain.

Les deux jeunes époux vécurent dans la chasteté et se dévouèrent aux bonnes œuvres. Cécile chantait les louanges de Dieu avec assiduité et y joignait souvent un instrument de musique.

Mais les persécutions cruelles des chrétiens, perpétrées par l’empereur Marc-Aurèle auront raison d’eux. À cause de leur ardeur à ensevelir les corps des martyrs chrétiens dans les catacombes à l’extérieur de la ville, ils furent arrêtés. Valérien et son frère furent d’abord exécutés aux alentours de Rome.

Bravant le danger, Cécile les ensevelit dans les catacombes de St Praetextatus sur la Via Appia et décida d’utiliser à l’avenir sa maison pour prêcher la foi. Avec une éloquence sans pareille, Cécile convertit de plus en plus de gens. Un jour, lorsque le pape Urbain lui rendit visite à domicile, il baptisa plus de 400 personnes.

Peu de temps après Valérien, elle fut arrêtée et amenée devant le préfet pour avoir enterré les corps de son mari et de Tiburcius. Elle n’eut pas d’autres choix que la vénération des dieux païens ou la mort. Après une glorieuse profession de foi, elle fut condamnée à mort.

Après des souffrances diverses, on ordonna de la décapiter. À la vue de la sainte, le soldat envoyé perdit courage et tremblant frappa à trois reprises, mais en vain. La loi romaine interdisant le quatrième coup, elle fut abandonnée gisant dans son sang. Après trois jours, Cécile mourut le 22 novembre de l’an 230.

Elle fut inhumée dans la position exacte où elle expira, avec les doigts étendus, montrant un et trois (la Trinité) dans les catacombes de Saint Calliste à côté de la crypte des papes avec, à ses pied, les vêtements ayant essuyé ses plaies.

Les lectures de ce jour sont orientées vers le martyre (Apocalypse) et la virginité pour le Royaume (évangile), que Sainte Cécile non seulement a vécus, mais a su communiquer à son mari, et à bien d’autres. Et aussi vers le chant, louange à Dieu (psaume 148 et commentaire de saint Augustin qui nous exhorte à chanter bien, par notre vie tout entière).

Sainte Cécile est la sainte patronne de la musique, des musiciens, des compositeurs, des luthiers, des chanteurs et des poètes. Demandons-lui d’être de bons chanteurs, c’est-à-dire que notre vie soit un chant de louange à Dieu !

Laissez un commentaire