Ainsi se termine notre année des saints, dont la vie dévoile la richesse de l’Évangile !

2 décembre 2017 : Premier samedi de décembre (Frère Jean-Régis)

 

Nous voici réunis pour le dernier premier samedi du mois de l’année 2017, année du centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima. Nous l’avons rappelé tout au long de cette année et nous comprenons mieux maintenant l’urgence de bien vivre chaque premier samedi avec le Cœur Immaculé de Marie pour répondre à ses appels. Par nos cénacles fervents et priants, par notre fidélité à la prière du rosaire, l’adoration du saint sacrement et l’offrande du saint sacrifice de la messe, nous voulons consoler les cœurs de Jésus et de Marie tant offensés et implorer pour notre monde le don de la paix. Nous n’oublions pas aussi l’appel angoissé de Notre-Dame : beaucoup d’âmes vont en enfer parce que personne ne prie pour elles. Nous voulons donc offrir notre communion en réparation pour le salut des âmes sans oublier de prier et d’offrir pour que vienne enfin le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Ce samedi 2 décembre marque aussi la fin de notre année liturgique. Pour la communauté et les amis de Notre-Dame des Neiges, cette année avait pour thème la Justice/Sainteté. Chaque jour, nous avons découvert ou approfondi la vie d’un saint ou d’un bienheureux. Nous avons pu ainsi expérimenter ce que Benoît XVI disait aux jeunes à Cologne en Allemagne pour les JMJ de 2005 : « C’est le grand cortège des saints – connus ou inconnus -, par lesquels le Seigneur, tout au long de l’histoire, a ouvert devant nous l’Évangile et en a fait défiler les pages ; c’est la même chose qu’il est en train de faire maintenant. Dans leur vie, comme dans un grand livre illustré, se dévoile la richesse de l’Évangile. Ils sont le sillon lumineux de Dieu, que Lui-même, au long de l’histoire, a tracé et trace encore… Les saints, avons-nous dit, sont les vrais réformateurs. Je voudrais maintenant l’exprimer de manière plus radicale encore : c’est seulement des saints, c’est seulement de Dieu que vient la véritable révolution, le changement décisif du monde. » Combien le ciel est beau et magnifique, combien l’aide des saints est un puissant secours. Aussi au terme de cette année si riche en grâce, malgré les vicissitudes de notre temps, nous voulons remercier Dieu notre Père pour tous ces saints. Ils forment cette grande constellation céleste qui nous guide et nous éclaire au milieu de ce monde de ténèbres. En célébrant la mémoire des saints, nous n’avons pas commémoré un passé révolu dont nous serions nostalgiques. Les saints ne sont pas du passé mais ils sont les vivants qui vivent avec Le Vivant qu’est Jésus ressuscité. Les saints sont nos modèles, nos guides et des exemples pour chacun de nous. Ils veulent nous entraîner à leur suite sur le chemin de la vie, de la vraie vie en Dieu. Les saints sont à nos côtés, ils sont si proches de nous alors que nous les oublions et ignorons si facilement. Ils nous entraînent tous sur la voie de la perfection, de la sainteté. Au terme de cette année, soyons déterminés pour répondre à l’appel et à l’ordre que Dieu lui-même nous lance : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint ». Désirer et vouloir être des saints ne fait pas de nous des pharisiens ou des purs, des orgueilleux. Au contraire, nous comprenons toujours plus que nous sommes les premiers à avoir besoin de la miséricorde de Dieu. Un saint n’est pas celui qui ne tombe jamais. Un saint est celui qui, après chaque chute, ne reste pas à terre mais se relève aussitôt car il ne s’appuie non sur lui-même mais sur la bonté et la miséricorde divine pour reprendre le chemin qui monte vers le Père. Marthe Robin disait : « Aimer, c’est mieux que parler, c’est prouver. C’est pourquoi les saints sont des êtres qui ont fait peut-être beaucoup moins que bien d’autres mais ils ont accompli parfaitement et en aimant Dieu de toute leur force, le peu qui leur était demandé… Ainsi, le Seigneur confie à chacun de nous une faible parcelle de ses dons et de ses biens. Il ne nous demande pas toujours de grandes choses, pas plus qu’il ne demande à tous les mêmes choses, ni de grands sacrifices, mais de faire très bien, et en vue de lui plaire et de l’aimer, la tâche qu’il demande à chacun de nous. »

Nous vivons avec toute l’Eglise la grande neuvaine de l’Immaculée Conception et nous nous préparons aussi à la grande fête de Notre-Dame des Neiges les 9 et 16 décembre prochains. Que la Vierge Marie, reine de tous les saints, nous entraîne et nous guide sur le chemin qui mène au royaume. Avec son aide maternelle, gravons en nos âmes ce que Jésus nous disait aujourd’hui dans l’évangile : « Tenez-vous sur vos gardes… Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. » En cette messe, faisons donc monter vers Dieu notre reconnaissance et notre louange pour toute la cohorte des saints qui nous précède et nous ouvre la voie du ciel. Remercions Dieu de nous appeler à la sainteté et répondons-y avec ardeur et détermination, avec humilité, confiance et persévérance. Avec l’aide et à l’exemple du Cœur Immaculé de Marie, désirons la sainteté, désirons marcher sur le chemin de la justice-sainteté avec humilité, abandon et confiance. Allons à la rencontre de Dieu qui vient nous visiter et nous racheter. Entrons avec la Vierge Marie et tous les saints du ciel dans ce saint temps de l’Avent, veillons et prions, attendant avec ardeur et détermination la venue de notre Sauveur Jésus-Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *