Décembre 2017 : Jusques à quand, Seigneur ?

Classé dans : Actualité Domini, Consigne spirituelle | 0

Jusques à quand, Seigneur, laisseras-tu Satan combattre ton Eglise et régner en ce monde ? Viens, Seigneur, viens nous sauver !

     Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTF

                                      

             Nous venons de vous adresser une lettre pour vous faire part des obstacles mais aussi des avancées du projet de la construction de l’église du Cœur Immaculé de Marie. Nous avons été très touchés par vos réponses et vos encouragements. Merci de continuer à soutenir ce projet, qui n’est pas «notre projet» mais celui de nos Fondateurs. Nous nous préparons à la Grande Fête de Notre-Dame des Neiges des 9 et 16 décembre. Nous serons très heureux d’accueillir plusieurs d’entre vous. Notre-Dame des Neiges donnera encore beaucoup de grâces, nous en sommes convaincus. Nous porterons ceux qui ne pourront pas se déplacer, du fait de leur santé, de leur travail ou d’autres empêchements. Eux aussi recevront des grâces de Notre-Dame des Neiges s’ils les demandent avec confiance !

            Le titre de notre consigne spirituelle vous surprendra, peut-être. Il s’est immédiatement gravé en mon esprit, après avoir appris l’épreuve qui frappait le Père Bernard Peyrous. Le communiqué, qui a paru dans la Croix et Famille Chrétienne, laisse supposer une faute très grave dont il aurait été coupable. Je peux vous dire, car je sais que le Père Bernard Peyrous ne m’a pas menti, qu’il n’y a eu aucune faute contre la chasteté. Il a reconnu une imprudence, une erreur de diagnostic et de thérapie, mais il n’est pas un corrompu. Merci de le soutenir de votre prière et de votre affection. C’est lui qui a décidé de démissionner de toutes ses fonctions pour ne pas nuire à la communauté de l’Emmanuel dont il fait partie et ne pas nuire à la cause de Marthe Robin dont il était le postulateur.

            Vivons un saint temps de l’Avent pour accueillir Jésus Enfant en ce prochain Noël et nous préparer à l’année 2018, cinquantième anniversaire de l’année 68. Puissions-nous, bientôt, nous réjouir avec le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et enfin dire : «68, c’est fini ! Le slogan « il est interdit d’interdire » ne peut pas venir de Dieu mais du père du mensonge ! La Loi de Dieu n’empêche pas notre liberté mais la protège et lui permet d’atteindre la liberté des saints, la liberté des enfants de Dieu dans la joie de l’Esprit.

I- Avant de commencer…

Prière d’introduction : Viens Esprit de sainteté… Notre Père… Je vous salue Marie… Notre-Dame des Neiges, Saint Joseph, Bx Charles de Jésus, St François-Xavier, St Nicolas, St Damase, St Ambroise, Ste Lucie, Emmanuel, Saint Jean, Saint Etienne, Saints Innocents, Saint Sylvestre, Saints Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort : rayonnons la confiance absolue en Dieu en ces temps troublés.

Parole de Dieu : Is 6, 6-1

«L’un des séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il l’approcha de ma bouche et dit : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. » J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Me voici : envoie-moi ! »  Il me dit : « Va dire à ce peuple : Écoutez bien, mais sans comprendre ; regardez bien, mais sans reconnaître. Alourdis le cœur de ce peuple, rends-le dur d’oreille, aveugle ses yeux, de peur que ses yeux ne voient, que ses oreilles n’entendent, que son cœur ne comprenne, qu’il ne se convertisse et ne soit guéri. » Et je dis : « Jusqu’à quand, Seigneur ? » Il répondit : « Jusqu’à ce que les villes soient ravagées, dépeuplées, les maisons, sans habitants, et la terre, désolée, ravagée, jusqu’à ce que le Seigneur en ait éloigné les habitants, et que se multiplient dans le pays les terres abandonnées. Et s’il en reste un dixième, à son tour, il sera détruit, comme le chêne et le térébinthe abattus dont il ne reste que la souche. – Cette souche est une semence sainte. » (Is 6, 6-13)

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

            1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline.

          L’économie de temps : examinons-nous, dans notre examen de conscience, pour découvrir le temps que nous perdons par manque de méthode, de réflexion ou d’organisation. Mais que cette première rubrique ne pas nous décourage pas ! Jésus n’est pas le surveillant qui nous harcèle et guette la moindre perte de temps pour nous reprendre. Vivons dans la confiance paisible en désirant faire de notre mieux pour ne pas perdre notre temps !

            2) La deuxième rubrique : prévisions.

          Il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées ou de rêver pour changer le monde ! En ce dernier mois de l’année, redécouvrons l’importance des prévisions individuelles pour notre vie d’étudiant ou notre vie professionnelle, notre vie familiale ou communautaire, nos responsabilités. Nous n’aurons jamais le temps de faire une retraite de 5 jours, par exemple, si nous ne la prévoyons pas concrètement. Nous n’aurons jamais le temps d’aller visiter telle personne malade, âgée ou isolée, si nous ne le prévoyons pas. Prévoyons afin de mettre Dieu à la première place, notre vie changera en l’année 2018 ! Que les époux prévoient un temps de prière entre eux seulement, sans les enfants.

            3) La troisième rubrique : consigne spirituelle. l’appel à la confiance absolue en Dieu, malgré le triomphe apparent de Satan, qui règne en ce monde !

           L’année dernière, en la Fête de Notre-Dame des Neiges, nous avons rappelé ce fait : « Le 13 octobre 1884, Léon XIII a reçu une révélation privée particulièrement importante et qui éclaire le grand combat qui se mène actuellement entre le Ciel et l’Enfer. Il a été témoin, après sa Messe, du défi orgueilleux que Satan a lancé au Seigneur Jésus : « je peux détruire ton Eglise« . Jésus a laissé toute liberté à Satan pour réaliser son défi, mais Il lui a caché la manière par laquelle Il sauverait son Eglise et le monde : le triomphe du Cœur Immaculé de Marie ! Soulignons la date du grand défi lancé par Satan à Jésus : 13 octobre 1884. 33 ans jour pour jour après ce 13 octobre 1884 avait lieu le grand miracle de Fatima, le 13 octobre 1917. 100 ans après le défi de Satan, les 24 et 25 mars 1984, le Pape Jean-Paul II et tous les évêques du monde consacraient le monde au Cœur Immaculé de Marie, avec l’intention de renouveler les consécrations de Pie XII dont l’une citait les peuples de Russie. Le Cœur Immaculé de Marie triomphera de Satan. La promesse de Fatima n’est pas conditionnelle. » L’année centenaire des apparitions de Fatima touche à sa fin, le triomphe du Cœur Immaculé n’est pas arrivé à son accomplissement, mais ne nous décourageons pas !

Le passage d’Isaïe que nous avons choisi est difficile à interpréter, mais il peut être éclairant pour discerner les signes des temps. Il est bien évident que Dieu ne demande pas à Isaïe d’entraîner le Peuple à la désobéissance à Sa Loi ! C’est le cœur endurci des membres du Peuple, qui est responsable de sa grande détresse. Isaïe n’est pas un prophète de malheur. Il a été inspiré par Dieu pour annoncer et préparer la venue du Sauveur.

David, par le psaume 13, supplie Dieu en criant sa détresse : «Jusques à quand, Yahvé, m’oublieras-tu? Jusqu’à la fin? Jusques à quand me cacheras-tu ta face? Jusques à quand mettrai-je en mon âme la révolte, en mon cœur le chagrin, de jour et de nuit? Jusques à quand mon adversaire aura-t-il le dessus?» David sait bien que les malheurs, qui se sont abattus sur lui, sont dus à ses péchés. Mais il ne doute pas de la Puissance de Dieu. Il sait qu’Il est Miséricordieux. Le psaume se conclut ainsi : «Pour moi, en ton amour je me confie; que mon cœur exulte, admis en ton salut, que je chante à Yahvé pour le bien qu’il m’a fait, que je joue pour le nom de Yahvé le Très-Haut! » Ne perdons jamais confiance !

Le psalmiste, qui a écrit le psaume 90, commence par rappeler la prière de Moïse avant d’écrire : «Qui sait la force de ta colère et, te craignant, connaît ton courroux ? Fais-nous savoir comment compter nos jours, que nous venions de cœur à la sagesse ! Reviens, Yahvé ! Jusques à quand ? Prends en pitié tes serviteurs. Rassasie-nous de ton amour au matin, nous serons dans la joie et le chant tous les jours. Rends-nous en joies tes jours de châtiment et les années où nous connûmes le malheur. La douceur du Seigneur soit sur nous! Confirme l’ouvrage de nos mains! (Ps 90,11-17) Le psalmiste, qui crie vers Dieu comme David en utilisant l’expression « jusques à quand », sait très bien, lui aussi, que les maux dont souffre le Peuple sont les conséquences de ses péchés. Il est, malgré tout, confiant : Dieu est Miséricordieux ! Il rendra en joies « ses jours de châtiment » ! Cette prophétie vaut pour notre temps également !

Saint Jean, dans le chapitre 6 de l’Apocalypse, écrit: «je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et le témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix puissante: « Jusques à quand, Maître saint et vrai, tarderas-tu à faire justice, à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre? » Alors on leur donna à chacun une robe blanche en leur disant de patienter encore un peu, le temps que fussent au complet leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux » (Ap 6, 10-11). Nos frères persécutés, qui ont perdu des membres de leur famille et tous leurs biens en Irak, en Syrie, en Egypte et en d’autres pays, peuvent partager le cri angoissé des martyrs du premier siècle : « jusques à quand Seigneur, tarderas-tu à faire justice ? » La réponse de Dieu nous appelle à exercer la patience. Pour Saint Paul, Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui L’aiment (Rm 8,28). Saint Bernard (cf. Bernard de tous les temps. Téqui, page 440), s’adressait ainsi à Jésus : « Ô Seigneur, qu’il est long ce peu de temps ! Tu appelles bref ce temps pendant lequel nous ne te voyons pas ! Sauf le respect que je dois à la Parole du Seigneur, ce temps est long, beaucoup trop long. Mais l’une et l’autre chose sont vraies : le délai est court pour ce que nous avons mérité, et est long pour nos souhaits ». Puisse cette consigne spirituelle nous garder dans l’espérance et la confiance ! La consécration de la Russie demandée par le Ciel a trop tardé à être réalisée ; la dévotion des premiers samedis du mois n’a pas été établie dans l’Eglise; la Russie athée a répandu ses erreurs dans le monde jusqu’à la consécration des 24 et 25 mars 1984. L’expansion des erreurs de la Russie athée continue à provoquer des ravages dans les âmes. Dieu est toujours très offensé en notre Europe apostate par le mépris de Sa Loi, de la vie, la défiguration de l’amour, la déconstruction de la famille, les injustices de toutes sortes, le gaspillage inconsidéré des ressources naturelles et de la nourriture … Le délai du jour du triomphe du Cœur Immaculé de Marie est court pour ce que nous avons mérité, dirait Saint Bernard, mais il est long pour nos souhaits ! Redisons souvent à Dieu, en ce mois : jusques à quand, Seigneur, laisseras-Tu Satan combattre Ton Eglise et régner en ce monde ? Mais ajoutons à ce cri motivé par la souffrance, notre confiance : Viens, Seigneur, viens nous sauver !

            4) La quatrième rubrique : formation.

            Ne pourrions-nous pas participer à la retraite de fin d’année, au Forum ou à la Session de l’année 2018 ou à d’autres activités proposées par d’autres communautés ? Pour collaborer au renouveau de l’Eglise et de la France, nous devons nous former.

            5) La cinquième rubrique : action. 

        Nous participerons, comme chaque année, à la marche pour la vie à Paris le 21 janvier 2018 et nous vous invitons à la Messe dominicale que nous célébrerons dans la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours avant le début de la marche.

 

            Nous vous accueillerons avec joie, le 9 ou le 16 décembre. Nous n’oublierons pas, ce 8 décembre, de remercier Dieu d’avoir sauvé la France du communisme en permettant à la Vierge Marie d’apparaître à des enfants à l’Île Bouchard, le 8 décembre 1947. Je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine et de nos frères et sœurs. Merci de continuer à prier avec nous pour le Salut des âmes et la construction de l’église du Cœur Immaculé de Marie. Bon Avent et Saint et Joyeux Noël ! N’oublions pas d’offrir notre chapelet du premier dimanche pour la paix du monde.

                          

Père Bernard

Laissez un commentaire