Partageons l’enthousiasme des anges et des saints en cette nuit de Noël !

Homélie de la Nuit de Noël 2017, 70e anniversaire du premier Noël Domini (P. Bernard)

Bien chers amis, cette nuit de Noël 2017 est le 70e anniversaire du premier Noël de la Famille Missionnaire à Saint-Pierre-de-Colombier en 1947. Notre Fondateur avait été nommé curé de Saint-Pierre, le 11 février 1946. Il a avait donc célébré un premier Noël dans cette église en 1946. Mais la Famille Missionnaire de Notre-Dame n’était pas encore fondée. Mgr Couderc, évêque de Viviers, avait bien reçu un très grande grâce 10 jours plus tôt en bénissant la statue de Notre-Dame des Neiges. Mais, entre l’acceptation de la Fondation et la venue de Mère Marie-Augusta et des 4 premières sœurs à Saint-Pierre, il a fallu attendre 5 mois : le 31 mai 1947. Noël 47 a donc été le premier Noël avec le Père et Mère Marie-Augusta à Saint-Pierre. Nos Fondateurs ont voulu aider les paroissiens à bien vivre le Noël 47 dans l’esprit de famille et l’union à Jésus. Voici le témoignage des membres de la cordée paroissiale de St Pierre : «Nous avons mieux compris que Jésus est notre bien à tous et cela nous a aidées pour vivre Noël en développant l’esprit de famille… C’est une bonne pensée affectueuse de considérer Jésus comme un petit enfant. Disons-lui nos désirs de Le faire grandir en faisant grandir en nous la vie de Jésus, la protéger et l’épanouir. Il faut faire un berceau à Jésus dans notre cœur. Joie générale de l’assistance nombreuse et recueillie de la messe de minuit. Joie aussi des chants bien réussis de la chorale». Puisse notre Noël 2017 nous permettre de réaliser à St Pierre ce que nos Fondateurs ont ardemment désiré!

La prophétie d’Isaïe, qui a été chantée, annonce la joie et l’espérance : un Enfant nous est né, un Fils nous est donné. Cet Enfant n’est pas un enfant comme les autres, Il est Dieu Fort, Père à jamais, Prince de la Paix. Cet Enfant est envoyé pour une Mission unique dans l’histoire : Il établira la paix sans fin et fera régner le droit et la justice pour toujours. Jésus est né il y a 2017 ans, mais la prophétie d’Isaïe n’est toujours pas accomplie ! S’accomplira-t-elle un jour ? Nous ne pouvons pas en douter ! Benoît XVI, dans la nuit de Noël 2010, a parlé de cette prophétie d’Isaïe : «Dieu est vraiment “descendu”, entré dans le monde, devenu l’un de nous pour nous attirer tous à lui. Ce petit enfant est vraiment l’Emmanuel, “le Dieu-avec-nous”. Son royaume s’étend vraiment jusqu’aux confins de la terre. Dans l’étendue universelle de la sainte Eucharistie, il a vraiment érigé des îlots de paix. Partout où elle est célébrée, on a un îlot de paix, de cette paix qui est propre à Dieu. Ce petit enfant a allumé parmi les hommes la lumière de la bonté et leur a donné la force de résister à la tyrannie du pouvoir. En chaque génération, il construit son royaume de l’intérieur, à partir du cœur. Mais il est vrai aussi que “le bâton du tortionnaire” n’a pas été brisé. Aujourd’hui aussi marchent, bruyantes, les chaussures des soldats et toujours encore et toujours de nouveau il y a le “manteau couvert de sang“ (Is 9,3s). Nous rendons grâce parce que Dieu, comme un petit enfant, se donne entre nos mains, il mendie, pour ainsi dire, notre amour, il répand sa paix dans notre cœur. Cette joie, toutefois, est aussi une prière: Seigneur, réalise totalement ta promesse. Brise les bâtons des tortionnai-res. Brûle les chaussures bruyantes. Fais que finissent le temps des manteaux couverts de sang. Réalise la promesse: “La paix sera sans fin” (Is 9, 6). Nous te rendons grâce pour ta bonté, mais nous te prions encore: montre ta puissance. Établis dans le monde la domination de ta vérité, de ton amour – le «royaume de la justice, de l’amour et de la paix». Puisse cette lumineuse homélie nous garder dans l’espérance et la joie en cette Nuit de Noël : que Jésus règne en notre cœur avec son amour, sa vérité, sa justice et sa paix et que nous formions en cette église de St Pierre un « îlot de paix » !  L’évangile de cette Nuit est la joyeuse annonce de l’ange aux bergers : la naissance aujourd’hui du Christ Messie, le Seigneur. Partageons l’enthousiasme des anges et des saints et contemplons la Vierge Marie et Saint Joseph dans la grotte de Bethléem en cette nuit de Noël. Ils ont pleuré, parce qu’aucune maison ne les avait accueillis, mais leur cœur est rempli d’une grande joie en voyant pour la première fois Jésus Enfant, le Verbe incarné !

Le Père, dans ses réflexions sur le premier Noël Domini en 1947, rappelait les conséquences du péché originel du premier couple. Il disait que Dieu avait dû créer une autre famille, la famille où l’amour de Dieu serait immense, et l’obéissance au Créateur, Père, dans la confiance et l’amour par-dessus tout. Cette famille est le modèle pour toutes les familles, pour qu’elles soient des sanctuaires de l’éducation à l’amour divin, à la ressemblance de Dieu Lui-même qui est Amour. Notre famille spirituelle « Domini », « du Seigneur », doit être sanctuaire d’éducation à l’Amour. Jésus a choisi Mère Marie-Augusta pour être une mère, modèle d’amour pour tous ses enfants. Il fallait encore en 1947 qu’elle grandisse pour qu’elle aime d’une façon immense, renversant en elle tous les obstacles à l’Amour. Jésus est la grande, parfaite, immense, intarissable source de l’amour divin. Et Il désire d’un grand désir garnir le Ciel d’enfants de Dieu semblables à Lui, le Fils éternel du Père. Il veut remplir d’amour les âmes qui sont conquises par son amour, pour qu’elles aiment, qu’elles L’aiment toujours et toujours plus, car Il est Lui-même insatiable de leur amour. Le fruit de cet amour, c’est une union, une unité de plus en plus parfaite et totale avec Lui. Mais aussi c’est la capacité d’aimer les autres de plus en plus, comme Lui-même aime. A la suite du Père et de Mère Marie-Augusta, vivons un Bon et Joyeux Noël en communion avec la Ste Famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *