Voici que s’approchent les jours où le Fils de l’homme va être livré…

Classé dans : Actualité Domini, Homélies | 0

Homélie du Dimanche des Rameaux et de la Passion

Pour bien vivre notre semaine sainte, nous vous proposons de ré-écouter l’évangile de la Passion et l’homélie de Père Bernard

Après l’évangile selon St Marc : Saint Marc vient de nous décrire l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Imitons l’enthousiasme des petits du Peuple de Dieu qui acclament le Messie Roi. Saint Matthieu, quant à lui, souligne que parmi ces petits il y a des enfants. Saint Jean-Paul II a décidé que la Journée mondiale des jeunes serait célébrée, chaque année, le dimanche des rameaux du fait de ces enfants qui ont acclamé le Christ Roi. En cette journée mondiale de la jeunesse, le Pape François s’adresse ainsi aux jeunes : « L’attention, la prière et la réflexion de l’Église seront dirigées vers vous les jeunes, en vue de recueillir et, surtout, d’‘‘accueillir’’ le don précieux que vous êtes pour Dieu, pour l’Église et pour le monde. Comme vous le savez déjà, nous avons voulu nous faire accompagner dans ce cheminement par l’exemple et par l’intercession de Marie, la jeune fille de Nazareth que Dieu a choisie comme Mère de son Fils. Elle marche avec nous vers le Synode et vers les JMJ du Panama. Si l’année dernière, nous ont guidés les paroles de son cantique de louange – «Le Puissant pour moi des merveilles» (Lc 1, 49) – nous enseignant à faire mémoire du passé ; cette année, essayons d’écouter avec elle la voix de Dieu apportant du courage et donnant la grâce nécessaire pour répondre à son appel : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc 1,30) ». Demandons, en cette Liturgie des rameaux, la grâce du courage, de la générosité et de la fidélité. Acclamons Jésus notre Roi par notre procession des rameaux et partageons l’enthousiasme des disciples, des humbles, des enfants et des jeunes en chantant de tout notre cœur à la Gloire de Jésus, Roi des Rois et Seigneur des Seigneurs.

Homélie de la Messe : Bien chers amis, la Liturgie nous fait passer sans transition de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem à la Messe de la Passion. Jésus a ardemment désiré Se donner pour accomplir la Rédemption en obéissance à Son Père et par amour de ses frères. Il nous semble important, en ce temps de grande apostasie et en cette année de la fidélité, de rappeler les vérités révélées de notre Foi concernant le mystère de la Rédemption. Le CEC enseigne que Jésus s’est incarné pour 4 raisons : -pour  nous sauver en nous réconciliant avec Dieu ; -pour que nous connaissions l’Amour de Dieu ; -pour être notre modèle de sainteté ; -pour nous rendre participants de la nature divine. Puisse cette Semaine Sainte nous aider à mieux comprendre ces quatre raisons de l’Incarnation rédemptrice. Soyons fidèles à la Grande Tradition de l’Eglise et, dans la catéchèse, transmettons les grandes vérités de la Foi. Jésus est le Seul Rédempteur, le Seul Sauveur des hommes pécheurs. L’Eglise est le Sacrement du Salut. Mais que signifie le Salut des âmes ? Tous les hommes ne sont pas sauvés automatiquement parce que Jésus est mort pour eux sur la Croix. Dieu, en effet, nous a créés libres et responsables et nous devons, éclairés et poussés par l’Esprit Saint, accueillir la grâce du Salut. Prions, souffrons et offrons plus intensément en cette Semaine Sainte afin que beaucoup ouvrent leur cœur pour accueillir la grâce du Salut. Vivons ce prochain Jeudi Saint en demandant la grâce de pénétrer les sentiments profonds du Cœur de Jésus au moment où Il institue le Sacrement de Son Amour. Essayons de prendre au moins une heure dans la nuit de Jeudi pour tenir compagnie à Jésus dans son agonie, suant du sang et de l’eau. Le Vendredi Saint, suivons Jésus pas à pas sur le dur chemin du Calvaire et participons avec émotion au Grand Office de la Passion. Vivons le Samedi Saint en communion avec le Cœur douloureux et immaculé de la Vierge Marie. Puisse la veillée pascale être le sommet de ce prochain Triduum : elle est la plus grande liturgie de l’année ! Elle le sera, si elle est bien préparée par un Samedi Saint vécu comme un jour de retraite. En cette Veillée pascale, nous célébrerons la victoire de Jésus ressuscité sur Satan, le péché et la mort. Nous écouterons les grands textes de l’Histoire du Salut, nous renouvellerons les promesses de notre baptême et nous recevrons dans un cœur purifié, rajeuni et reconnaissant la communion pascale. La Messe du dimanche de Pâques sera aussi un temps fort dans lequel nous demanderons la joie pascale pour vivre sereinement ce temps de tempête. Rappelons enfin cette loi de l’Eglise : tout fidèle est tenu par l’obligation de recevoir la communion au moins une fois l’an pendant le temps pascal, à moins qu’il n’y ait une juste cause pour empêcher cette communion pascale (C.920). Le péché mortel est une des justes causes qui empêche la communion pascale. Comment lever cet empêchement ? Par le sacrement de pénitence ! N’ayons pas peur de nous approcher de ce sacrement où Jésus nous attend dans la personne de son prêtre. Notre-Seigneur a dit qu’il n’existe qu’un seul péché qui ne peut pas être pardonné : le péché contre l’Esprit-Saint. C’est, en effet, le péché luciférien de celui qui refuse de demander pardon et de recevoir la grâce du Christ Rédempteur. Soyons humbles et demandons au Cœur Immaculé de Marie la grâce d’une vraie contrition de nos péchés et de la foi et de l’espérance qui nous font dire : Jésus, j’ai confiance en Toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *