Avril 2018 : Collaborons avec Jésus Ressuscité à l’édification d’une Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle !

Collaborons avec Jésus Ressuscité à l’édification d’une Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle

 

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTF          En ce premier avril 2018, nous avons la joie de célébrer la Résurrection de Jésus. Nous avons préparé notre Triduum pascal par la neuvaine qui nous a permis de mieux connaître l’âme ardente, joyeuse et fidèle de nos Fondateurs. Demain, 2 avril, nous nous souviendrons des pâques de Jean-Paul II (2 avril 2005, Fête de la divine Miséricorde) et de notre Père Fondateur (2 avril 2006, dimanche de la Passion). Le 11 avril prochain, nous rendrons grâce au Cœur de Jésus d’avoir si bien inspiré et guidé Mère Marie-Augusta, Mère des apôtres de l’Amour et Fondement de la Famille Missionnaire de Notre-Dame. Grâce aux retransmissions par internet, plusieurs parmi vous ont suivi notre neuvaine et ont été fortifiés pour vivre sereinement et fidèlement nos temps difficiles.

            Le Pape François, comme chaque année, annonce, en ce 1er avril, aux hommes du monde entier que le Christ est ressuscité, qu’Il est vraiment ressuscité !

            Soyons auprès de nos contemporains, désabusés, découragés, tristes, les témoins de la joie pascale. Cette joie, a dit Jésus, avant de souffrir Sa Passion, nul ne peut l’enlever du cœur des disciples (Jn 16, 22). Ne nous laissons pas voler cette joie, ni notre espérance. Jésus est le Vivant à jamais, Il est vainqueur de Satan, du péché et de la mort pour toujours !

            La France a, de nouveau, été frappée par un odieux attentat terroriste islamiste. L’acte héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est un témoignage qui marque la France et qui révèle que la Fille aînée de l’Eglise peut encore se réveiller. Ne cessons pas de prier et d’offrir pour le jour de sa conversion. La France est fière de ce fils de l’Eglise, qui a imité Saint Maximilien Kolbe, martyr de la charité, en prenant la place d’une femme otage. François-Xavier Bellamy, dans « Le Figaro » du 26 mars 2018, vient d’écrire : «nous avons le sentiment inexprimable que cet homme nous a sauvés. Tous. Pas seulement cette femme innocente arrachée à la violence, mais nous tous, à travers elle. Et je crois qu’en effet malgré les apparences, Arnaud Beltrame a, par le don de sa vie, remporté une victoire absolue contre la haine islamiste – et contre ce qui, dans nos affaissements intérieurs, avait permis à cette haine de se tracer un passage. Victoire contre le terroriste : son but était d’arracher des vies pour créer la peur, et la soumission qu’elle prépare. Mais on ne prend rien à celui qui donne tout… Collectivement, à travers cet officier, notre peuple tout entier n’est plus une victime passive ; il nous rend l’initiative. Mourir n’est pas subir, dès lors qu’on sait pour quoi on meurt. Après tout, les djihadistes n’admirent rien tant que les martyrs. Mais nos martyrs, eux, servent la vie … mon Colonel, avec ceux qui vous épaulaient et qui prennent votre relève, vous nous avez déjà montré comment atteindre la victoire que nous vous devons maintenant, parce qu’à travers votre engagement, nous reconnaissons simplement ce qu’il nous faut redevenir ; et de cela, simplement, nous vous serons, pour toujours, infiniment reconnaissants». Puisse le témoignage d’Arnaud Beltrame nous donner courage, force, fidélité et même joie en cette solennité de Pâques 2018. Mais n’oublions pas la souffrance de ses proches et prions pour eux.

            Le Pape François a demandé à tous les baptisés de prier pour deux évènements importants qui vont avoir lieu : le Synode d’octobre 2018 dont le thème sera : « les jeunes, la foi et le discernement des vocations » et les JMJ de Panama en janvier 2019. Puissent ce Synode et ces JMJ, en cette année cinquantenaire de 1968, permettre aux jeunes de 2018 d’assimiler les trésors des JMJ depuis leur fondation par le Pape des jeunes, Jean-Paul II, et par Benoît XVI et François. Les jeunes de 2018, dont beaucoup se disent – en Europe – sans religion, ont besoin du témoignage des jeunes qui ont la Foi et qui veulent une Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle. Le slogan de mai 1968 : «il est interdit d’interdire» révèle ses fruits mortifères: défiguration de l’amour humain, mépris de la vie humaine (avortement et euthanasie) et déconstruction de la famille selon le plan de Dieu.

            Jeunes amis de Notre-Dame des Neiges, générations Jean-Paul II, Benoît XVI et François : n’ayez pas peur de témoigner auprès des autres jeunes du vrai visage de Jésus, du vrai visage de Son Eglise et de l’évangile de la Vérité, de la Vie et de l’Amour, qui peut transformer ce monde divisé et sans Dieu en civilisation de l’amour !

            Continuons à offrir notre chapelet du premier dimanche du mois pour la paix en communion avec ceux qui prient à cette intention en la Basilique de Notre-Dame de l’Arche d’Alliance, à quelques kilomètres de Jérusalem, et ailleurs dans le monde.

I- Avant de commencer…

Prière d’introduction :

Viens Esprit de sainteté… Notre Père… Je vous salue Marie… St Joseph, St Jean-Paul II, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Bse Marie Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Bse Katéri, Ste Thérèse des Andes, Ste Marie Cléophas, St Damien, Bse Marie Gabrielle, Ste Marie Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Catherine de Sienne, Ste Zita, St Louis-Marie, Ste Gianna Molla, St Pierre Chanel, Sainte Catherine de Sienne, Sts Patrons et Saints Anges gardiens.

Efforts : ne pas entretenir des pensées négatives et être témoin de la joie.

Parole de Dieu : Lc 24, 36-53 – Saint Luc souligne comme fruit des apparitions de Jésus à ses disciples : la joie !

« Comme ils en parlaient encore, lui-même (Jésus) fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut. » Puis Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu » Lc 24,36-53

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline.

Soyons davantage fidèles à l’examen quotidien de conscience. Ne nous endormons pas sans nous interroger devant Jésus : comment ai-je été aujourd’hui témoin de la joie ?

2) La deuxième rubrique : prévisions.

Prévisions liturgiques: profitons davantage de la richesse liturgique de l’octave de Pâques qui se conclut par la Fête de la Miséricorde. Le lundi 9 avril sera fêtée l’Annonciation. Préparons le 4e dimanche de Pâques, le 22 avril, qui est le dimanche des vocations.

3) La troisième rubrique : consigne spirituelle : collaborons avec Jésus Ressuscité à l’édification d’une Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle !

Jean-Paul II, à Lyon en 1986, disait que l’Eglise contemporaine avait des rides, du fait des péchés des chrétiens. Mais ces rides ne l’empêchaient pas, cependant, d’être toujours l’Eglise de Jésus, l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique. L’âme de cette Eglise est l’Esprit Saint, qui lui donne son éternelle jeunesse.

            Ayons confiance en cette conviction de Benoît XVI (cf. homélie du 24 avril 2005) : « l’Eglise est vivante. Et l’Eglise est jeune. Elle porte en elle l’avenir du monde et c’est pourquoi elle montre aussi à chacun de nous le chemin vers l’avenir».

            Le Pape François, en ce dimanche des rameaux 2018, disait aux jeunes : «Si les autres se taisent, si nous, les aînés et les responsables, sommes silencieux, si le monde se tait et perd la joie, je vous le demande : vous, est-ce que vous crierez ?» L’Eglise et le monde ont besoin du cri des jeunes qui, pour être fidèles à Jésus et à l’évangile, ne veulent plus de la défiguration de l’amour, du mépris de la vie, de la déconstruction de la famille. Prions, offrons pour le prochain Synode des jeunes et les JMJ de Panama : que l’Esprit-Saint donne aux jeunes inspiration, force et courage pour témoigner des valeurs non négociables et ouvrir une nouvelle page, 50 ans après 1968, de l’histoire de l’humanité et de l’Eglise.

            En ce temps pascal, approfondissons ce que le Concile Vatican II a dit sur le mystère de l’Eglise. Jean XXIII désirait que le Concile Vatican II soit une nouvelle Pentecôte pour l’Eglise. Paul VI, après avoir rendu grâce pour l’action de l’Esprit-Saint pendant le Concile Vatican II, a beaucoup souffert de la crise postconciliaire: «nous attendions le printemps et c’est la tempête qui est venue ». Après la promulgation du Credo du Peuple de Dieu et de l’Encyclique Humanae Vitae, ce grand Pape a souffert un véritable martyre moral, mais il a eu une grande consolation en l’année sainte 1975, qu’il avait ouverte dans la crainte (« qui répondra à notre appel ? ») : des « auditeurs inattendus »: les jeunes ! Paul VI n’a pas exagéré. De nombreuses nouvelles communautés sont nées en 1975. Je fais partie de ces auditeurs inattendus. J’ai reçu la grâce de ma conversion le 11 février 1975.

            Saint Jean-Paul II, le Pape des jeunes, a eu l’audace en 1985 en l’année internationale de la jeunesse, à la surprise générale, d’inviter les jeunes à Rome. Plusieurs sceptiques avaient prédit que ce serait un échec : 300 000 jeunes sont venus ! Jean-Paul II décida ensuite d’instituer les Journées mondiales de la Jeunesse. Je garde en mémoire les quatre Journées mondiales auxquelles j’ai participé : St Jacques de Compostelle en 1989: 500 000 ; Czestochowa en 1991 : 1 350 000 ! A la fin de la Messe de clôture, Jean-Paul II avait dit avec enthousiasme et joie : nous vivons une nouvelle Pentecôte ! En 1997, les JMJ se sont déroulées à Paris. La Messe de Longchamp fut suivie par un million de jeunes. Des commentateurs ont parlé de « révolution de l’amour ». Les JMJ de Rome ont rassemblé deux millions de jeunes à Tor Vergata. Jean-Paul II a ainsi défini les JMJ : le Pape et les jeunes évangélisent le monde ! Cette définition, nous ne pouvons pas en douter, lui a été inspirée par le Saint Esprit.

L’esprit des JMJ a perduré avec Benoît XVI à Cologne, à Sydney et à Madrid ; puis avec François à Rio et à Cracovie. Prions pour que le prochain Synode et les prochaines JMJ permettent un vrai renouveau de l’Eglise, jeune et vivante, joyeuse et fidèle.

            Concluons en analysant les quatre adjectifs que nous avons utilisés :

–  L’Eglise est vivante, parce qu’elle est l’Epouse du Christ, le Vivant ! Elle est UNE, parce qu’elle participe au mystère de l’UN DIVIN. Elle est le Peuple de Dieu le Père ; rassemblée par l’Esprit-Saint, qui donne la Vie ; unifiée en un Seul Corps : le Corps du Christ ressuscité.

Ne craignons pas en ces temps où Satan semble régner : il ne pourra pas détruire l’Eglise !

L’Eglise est jeune, non pas parce qu’elle ne serait composée que de jeunes, mais parce qu’elle est l’Eglise de Jésus ressuscité, vainqueur de Satan, du péché et de la mort et parce qu’elle vit de l’Esprit-Saint qui la garde éternellement jeune. Elle est SAINTE parce qu’elle participe à la sainteté de Dieu, Père, Fils et Esprit-Saint. Cette sainteté la garde jeune.

L’Eglise est joyeuse, parce que l’Esprit-Saint lui communique cette joie de Dieu. Contemplons la troisième note de l’Eglise : CATHOLIQUE et nous serons dans la joie devant la beauté de notre Eglise, composée d’hommes et de femmes de toutes les Nations. Vivons ce temps pascal dans la joie et n’oublions pas : un saint triste est un triste saint !

L’Eglise est fidèle, parce qu’elle est APOSTOLIQUE et qu’elle enseigne depuis sa Fondation ce que Jésus, Vérité, Vie et Voie, a révélé aux apôtres et qui concerne la Foi, les Sacrements et la Morale. Demandons encore la grâce de la fidélité et soyons des baptisés, membres de l’Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle.

4) La quatrième rubrique : formation

Approfondir ce qu’enseigne le CEC sur le mystère de l’Eglise pour vivre dans la sérénité et rayonner la joie pascale.

5) La cinquième rubrique : action.

Exercer auprès de tous la charité du sourire !

6) Partage

nous vous invitons à la cérémonie des vœux perpétuels de frère Gabriel, qui se déroulera l’après-midi de la journée de pèlerinage en l’honneur du Sacré Cœur et du Saint-Sacrement, le dimanche 10 juin 2018. Le dimanche 17 juin, à 15 heures, en l’église de Saint-Pierre-de-Colombier, Monseigneur Jean-Louis Balsa, notre évêque, ordonnera prêtre notre frère Jean. Nous confions nos frères Gabriel et Jean à vos prières.

Nous confions à vos prières le rassemblement des jeunes pour Pentecôte (19-21 mai) et nous vous remercions de prier et d’offrir sans vous lasser pour l’église du Cœur Immaculé de Marie et pour les vocations d’apôtres de l’amour, frères et sœurs.

Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en vous remerciant pour vos prières et votre générosité. Nous vous assurons de nos prières journalières auprès de Jésus, Marie et Joseph et nous vous redisons encore : collaborons avec Jésus ressuscité à l’édification d’une Eglise vivante et jeune, joyeuse et fidèle !

Père Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *