Ardent missionnaire, St Jean-François Régis n’a jamais baissé les bras…

Samedi 16 juin 2018 : Saint Jean-François Régis. (Veille de l’ordination de Fr Jean)  (P. Bernard)

Bien chers amis, nous sommes heureux de fêter en ce jour un grand saint de notre diocèse : Saint Jean-François Régis. Il est vraiment un modèle pour frère Jean qui sera ordonné prêtre, demain, mais aussi pour tous les prêtres.

Les lectures choisies par l’Eglise pour sa Messe révèlent le cœur ardent de ce grand Jésuite missionnaire.

A la suite de Saint Paul, il a voulu être comme une mère qui entoure de soins ses nourrissons et être un apôtre plein de douceur. Dans l’oraison, nous avons dit que Dieu avait mis au cœur de St Jean-François Régis le désir de se dévouer sans mesure pour la Parole de Dieu et pour les âmes.

Il a mis en application avec zèle et grand courage ce que Jésus disait à ses disciples : partir à la recherche de la brebis égarée et se réjouir de la ramener au bercail.  Dans une France à peine relevée des ruines provoquées par les guerres de religion qui avaient ensanglanté la fin du XVIème siècle, Saint Jean-François Régis est apparu comme un homme providentiel appelé par Dieu à redonner force et courage à tout un peuple abandonné et livré à lui-même.

Il était originaire du Languedoc. Il entra chez les jésuites à l’âge de 19 ans et fut ordonné prêtre en 1630. Il rêvait d’aller avec tant d’autres frères jésuites évangéliser la « Nouvelle-France », mais ses supérieurs le désignèrent pour répondre à la demande de Mgr Louis-François de La Baume de Suze, évêque de Viviers, qui entreprenait la reconstruction spirituelle de son diocèse après les ravages causés par les guerres de religion. Pendant 6 ans, il va parcourir les montagnes du Vivarais, des Cévennes et du Velay, surtout en hiver afin d’approcher les paysans libérés des travaux des champs pour leur annoncer la Bonne Nouvelle. Ses talents de pédagogue et de catéchiste attiraient les foules. Il se donna tout entier pour redresser les consciences et dissiper les confusions en rappelant la doctrine catholique purifiée des erreurs protestantes. Il le fit par des paroles toutes simples mais aussi par ses actes et sa vie tout ordinaire mais pleine de foi et d’ardeur spécialement pour l’eucharistie. Sa fidélité au magistère et à l’évangile lui valut bien des calomnies. Par la simplicité de sa parole et par sa charité sans limite, il atteignait le cœur des petits et des humbles. Au Puy, il multiplia les œuvres caritatives, visitant les hôpitaux et les prisons, organisant l’ «œuvre du bouillon», sorte de soupe populaire ou créant encore un refuge pour les prostituées repenties, prenant aussi la défense des dentellières. En moins de dix ans de ministère, il réussit, grâce à Dieu, à ramener au Christ une foule immense d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges et de toutes conditions. Fin décembre 1640, malgré une violente tempête de neige, il se met en route pour Lalouvesc. Comme à son habitude, il se donne sans compter à toutes les familles des hameaux de l’Ardèche profonde, passant des heures dans l’église glaciale pour écouter, réconcilier, donner les sacrements. Il contracte ainsi une pneumonie et meurt le 31 décembre 1640 à l’âge de 43 ans.

St Jean-François Régis a été un véritable fils de Saint Ignace et un émule de Saint François Xavier, œuvrant à la plus grande gloire de Dieu, n’hésitant pas pour cela à renoncer à ses désirs et à sa volonté propre, en cultivant au plus haut degré une grande disponibilité, une humilité exemplaire et une grande simplicité.

Il y a un lien fort entre notre Famille Missionnaire et Saint Jean-François Régis. Notre Mère disait qu’elle devait sa conversion en partie à Saint Jean-François Régis. Le Père a donné à Augusta Bernard la responsabilité de l’Equipe Notre-Dame des Neiges, le 16 juin 1945. Le 16 juin 1948, le Père prêchait à Péreyres, pour la fête de Saint Régis. Il eut en cette petite église, en cette Fête de St Jean-François Régis, l’inspiration de venir faire avec Mère Marie-Augusta puis avec l’Equipe la retraite d’été en cette paroisse. Cette retraite de l’été 1948, en ce lieu sanctifié par cet apôtre missionnaire, a été très importante pour notre Communauté. L’Equipe Notre-Dame des Neiges, disait le Père à la fin de sa vie, est devenue après cette retraite la Famille Domini.

Que Saint Jean-François Régis aide notre frère Jean en son ultime préparation à son ordination et qu’il aide tous les apôtres de l’Amour, frères et sœurs, à être d’ardents et de zélés missionnaires pour reconstruire spirituellement la France et l’Europe, qui rejettent leurs racines chrétiennes. Saint Jean-François Régis avait une grande dévotion envers la Vierge Marie. Demandons-lui, en ce samedi, de mieux nous consacrer encore à Son Cœur Immaculé. Puisse-t-il vous donner, bien chers amis de Notre-Dame des neiges, force et courage, en ces temps de tempêtes. St Jean-François Régis n’a jamais baissé les bras. Confiez-lui vos soucis, vos angoisses et vos désirs. Et, avec nous, priez-le bien afin qu’à Saint-Pierre-de-Colombier puisse bientôt être construite l’église du Cœur Immaculé de Marie. Confions-lui bien, enfin, notre évêque de Viviers. Qu’il l’aide dans la nouvelle évangélisation de notre diocèse et qu’il l’inspire et le fortifie. Ce soir, prions bien Notre-Dame des neiges pour notre évêque et confions-lui notre frère Jean et les vocations d’apôtres de l’Amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *