L’Eucharistie n’est pas un symbole : C’EST JÉSUS !

Homélie du dimanche 19 août 2018 – 20ème dimanche du TO (P. Bernard)

Bien chers amis, nous rendons grâce à Dieu pour la très belle Fête de l’Assomption que nous venons de vivre et pour le pèlerinage des jeunes qui vient de se conclure. Que de grâces ont été données en cet été 2018 ! Nous ne voulons pas être des enfants ingrats. Aussi, nous devons être reconnaissants pour tout ce que Dieu nous donne.

Nous souhaitons à tous ceux qui sont encore en vacances de bien profiter de ce temps de repos des corps pour nourrir vos âmes spirituelles. Nous n’oublions pas, après avoir rendu grâce, tous ceux qui ont été éprouvés en cet été par les accidents, les intempéries, les attentats, la maladie et le deuil. L’état de santé de notre sœur Agnès est des plus préoccupants. J’ai célébré la Messe en notre Foyer de Cannes, dimanche dernier, avec de nombreux amis de Notre-Dame des Neiges pour demander à Dieu un miracle si cela était selon Sa Volonté. Avec des membres de la communauté, nous avons longuement prié auprès du corps de notre sœur en réanimation au CHU de Nice. Sœur Agnès est toujours dans un coma très profond. Nous nous abandonnons à la divine Providence qui guide tous les évènements de notre vie. Merci pour vos prières et votre proximité.

L’évangile de ce dimanche révèle l’opposition grandissante des contemporains de Jésus. Ils avaient été enthousiastes après la multiplication de pains et des poissons, mais ils sont devenus très critiques : « comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? ». La Sagesse avait révélé dans le livre des Proverbes : « Venez manger mon pain et boire le vin que j’ai préparé ». Ceux qui critiquaient Jésus ne savaient pas qu’Il était la Sagesse incarnée ! Pour eux, Jésus n’était qu’un homme dont ils pensaient connaître parfaitement l’origine humaine. Jésus va les scandaliser davantage en disant qu’il faut manger sa chair et boire son sang pour vivre éternellement. Dimanche prochain, l’évangile rappellera la Foi confiante de Pierre. Il ne comprenait pas comment il mangerait la chair de Jésus et boirait son sang, mais il savait que Jésus a les paroles de la Vie éternelle. Grâce à Pierre, les apôtres n’abandonneront pas Jésus comme le grand nombre de ses disciples. Et nous, croyons-nous que Jésus est le Fils unique du Père et qu’Il a les paroles de la Vie éternelle ? Pierre et les apôtres, le Jeudi Saint, comprendront les paroles de Jésus que nous venons d’entendre. En recevant le Sacrement de l’Eucharistie, nous recevons réellement et substantiellement Son Corps et Son Sang sous les apparences du pain et du vin. Paul VI, dans le Credo du Peuple de Dieu, qu’il avait promulgué le 30 juin 1968, avait dit : « Le Christ ne peut être ainsi présent en ce sacrement autrement que par le changement en son corps de la réalité elle-même du pain et par le changement en son sang de la réalité elle-même du vin, seules demeurant inchangées les propriétés du pain et du vin que nos sens perçoivent. Ce changement mystérieux, l’Église l’appelle d’une manière très appropriée transsubstantiation. Toute explication théologique, cherchant quelque intelligence de ce mystère, doit pour être en accord avec la foi catholique, maintenir que, dans la réalité elle-même, indépendante de notre esprit, le pain et le vin ont cessé d’exister après la consécration, en sorte que c’est le corps et le sang adorables du Seigneur Jésus qui dès lors sont réellement devant nous sous les espèces sacramentelles du pain et du vin, comme le Seigneur l’a voulu, pour se donner à nous en nourriture et pour nous associer à l’unité de son Corps mystique ».

Des baptisés, aujourd’hui, ne croient plus en la présence réelle et substantielle de Jésus dans le Saint-Sacrement. Jésus est bien seul dans les tabernacles de nos églises. Prenons du temps pour venir L’adorer ! Ici, chaque jour, le Saint-Sacrement est exposé. Profitons davantage de cette grande grâce ! Ceux qui se nourrissent de Jésus Eucharistie participent à l’expérience de Saint Paul : « ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ».

L’Eucharistie, en outre, construit l’Eglise qui est le Corps mystique du Christ. Les Pères disaient : l’Eglise fait l’Eucharistie et l’Eucharistie fait l’Eglise. Le Pape Paul VI, qui sera canonisé le 14 octobre prochain, a souffert de la crise de la Foi en l’année 68. Cette crise s’est encore aggravée, 70 ans plus tard. Soyons des témoins courageux et fidèles de la Foi de l’Eglise.

Nous confions à vos prières nos retraites de communauté qui vont commencer cette semaine. Qu’elles nous permettent de mieux vivre cette conviction de Mère Marie Augusta : l’apostolat de l’amour est irrésistible. Pendant nos retraites, en retour, nous prierons plus intensément pour vous. Ensemble, demandons à Notre-Dame des Neiges d’aimer davantage Jésus et de Le faire aimer.

 

P. Bernard – St Pierre de Colombier, 19 août 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *