Septembre 2018 : Le temps presse, les démons sont déchaînés…

Classé dans : Consigne spirituelle | 1

« Le temps presse. Les démons sont déchaînés à travers ce monde perverti. Les cœurs sont pleins de désirs de vengeance, de crimes horribles. Et cependant, au milieu d’eux, s’élève droit, fort, impératif : l’Amour.

C‘est Jésus dans ses amis fidèles. »

 

                      Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

                   

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFLe titre de notre consigne de cordée est long. J’en suis conscient, mais j’ai préféré ne pas réduire ce que le Cœur de Jésus a inspiré à Mère Marie-Augusta en janvier 1948. En ces jours où sont révélés les graves scandales de membres de la hiérarchie (= Tête Sacrée) de l’Eglise, Jésus attend de nous une réparation d’amour et Il attend de l’Eglise une réparation de justice. Mère Marie-Augusta a été bien inspirée en parlant de désirs de vengeance et de crimes horribles. Elle a été bien inspirée, en cette même année 1948, de parler du « combat olympique de la pureté » et de dire que ce combat serait l’équivalent du martyre. Elle avait été bien inspirée, en décembre 1947, en disant qu’il fallait des centaines de mécréants pour pervertir une population et qu’il suffisait d’un apôtre véritable, d’un seul pour sauver le monde entier du naufrage. Ces inspirations de notre Mère doivent nous garder dans la confiance en ce temps de rentréenous ressentons douleur, honte et colère devant les « crimes horribles de pédophilie » commis par des membres de la hiérarchie et le fléau de l’homosexualité qui « gangrène » dans la Tête de l’Eglise des prélats qui ont de grandes responsabilités. Gardons la Foi confiante en l’Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, mais n’oublions pas que Jésus, Dieu le Père, l’Esprit-Saint, le Cœur Immaculé de Marie, les anges et les saints sont terriblement offensés par ces scandales odieux. L’heure est vraiment à la prière, à la pénitence et au courage pour dénoncer les scandales, écarter définitivement de la Tête Sacrée de l’Eglise les corrompus afin que l’Eglise de Jésus vive à nouveau en tous ses membres le combat olympique de la pureté. La sainteté de tous les baptisés : voilà le seul remède aux maux de notre temps ! Levons-nous ! Allons !

            La très grande souffrance qui nous vient de la grande tempête qui secoue l’Eglise en ce moment arrive pour nous après celle du décès de sœur Agnès, dont nous vous avons fait part. Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour toutes vos marques d’affection, votre proximité et vos prières. La Messe des funérailles de sœur Agnès a été vécue dans la foi et l’espérance. Nous avons rappelé la doctrine du purgatoire et nous vous remercions de continuer à prier pour la purification de l’âme de notre sœur. Son dernier mot est tout un programme : confiance ! Nous avons chanté plusieurs chants en l’honneur de la Vierge Marie. Sœur Agnès aimait beaucoup la Ste Vierge et l’a faite aimer. Elle avait une grande dévotion à ces deux vocables : Notre-Dame des Roses et Notre-Dame des Neiges.

            Nous rendons grâce à Dieu pour la fécondité spirituelle des activités de cet été auprès des enfants, adolescents, jeunes et adultes. Nous ne pouvons que dire avec la Vierge Marie : Magnificat anima mea Dominum !

            En ce mois d’août 2018, nous avons enfin rappelé la première retraite de la communauté dans le petit village de Péreyres, en août 1948, à une quinzaine de kilomètres de St Pierre-de-Colombier. Cette retraite, dont le fondement était les Béatitudes, avait permis à nos Père et Mère de transmettre aux 5 sœurs Domini l’essentiel de notre charisme : Famille Missionnaire encordée à Notre-Dame des Neiges dont la mission est : apôtres de l’Amour par l’éducation des cœurs à l’image et à la ressemblance des Cœurs de Jésus et de Marie. En ce 70e anniversaire, nous rendons grâce à Dieu et nous vous demandons vos prières afin que nous soyons bien fidèles à l’esprit de nos Fondateurs.

I- Avant de commencer…

Prière d’introductionViens Esprit de saintetéNotre Père… Je vous salue MarieND des Neiges, St Joseph, Bse Dina, Ste Mère Térésa, St Jean Gabriel, St Grégoire le Gd, St Jean Chrysostome, St Matthieu, St Maurice, St Padre Pio, St Vincent de Paul, Bse Chiara Luce, Sts Côme et Damien, Ste Thérèse Couderc, St Venceslas, Sts Michel, Gabriel et Raphaël, St Jérôme, Saints Patrons, Saints Anges gardiens.

 

Effort : cultiver les vertus de force et de courage et rayonner sérénité et confiance.

Parole de Dieu : Ap 19, 11-16

« Puis j’ai vu le ciel ouvert, et voici un cheval blanc : celui qui le monte s’appelle Fidèle et Vrai, il juge et fait la guerre avec justice. Ses yeux sont comme une flamme ardente, il a sur la tête plusieurs diadèmes, il porte un nom écrit que nul ne connaît, sauf lui-même. Le vêtement qui l’enveloppe est trempé de sang, et on lui donne ce nom : ‘le Verbe de Dieu’. Les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs, elles étaient vêtues de lin fin, d’un blanc pur. De sa bouche sort un glaive acéré, pour en frapper les nations ; lui-même les conduira avec un sceptre de fer, lui-même foulera la cuve du vin de la fureur, la colère de Dieu, Souverain de l’univers ; sur son vêtement et sur sa cuisse, il porte un nom écrit : ‘Roi des rois et Seigneur des seigneurs’.  » (Ap 19, 11-16)

 

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline

            Organisons mieux nos journées afin de pouvoir donner la première place à Dieu, d’exercer notre devoir d’état dans un esprit de perfection et d’être donnés à nos proches.

2) La deuxième rubrique : prévisions

         Obédiences : donnons à ceux dont nous avons la charge de petites obédiences pour les faire grandir et recevons avec humilité et gratitude les obédiences qui nous aideront de bons à devenir meilleurs. Rien n’est impossible avec la grâce de Dieu !

3) La troisième rubrique : consigne spirituelle

           Voici comment notre Père Fondateur commentait la conviction de Mère Marie-Augusta, fruit  de sa prière et de son union au Cœur de Jésus :

«Au bout de deux mille ans de christianisme, les chrétiens ne sont qu’une petite minorité. Leur nombre s’accroît, certes, mais moins vite que le nombre des musulmans et des païens. Et, dans les pays de chrétiens, ce n’est qu’une minorité qui vit la Foi et la morale de son baptême. C’est ainsi que l’enfer est vraiment déchaîné et, après le grand fléau qu’a été le matérialisme théorique de Karl Marx, qui domine encore, en cette fin du vingtième siècle, plus d’un milliard d’hommes, c’est le matérialisme pratique et la corruption des mœurs qui s’est établie, même dans les pays évangélisés.

Le monde est perverti. La chasteté gardée pour le Christ devient l’égale du martyre. Les adolescents sont poussés à toutes les expériences sexuelles. L’homosexualité se répand et veut être reconnue comme normale et socialement admise. L’union libre, le divorce, le concubinage se multiplient ; c’est Sodome et Gomorrhe. Et le crime de l’avortement détruit des millions de vies. Beaucoup de cœurs sont remplis de désirs de vengeance, de crimes horribles, de haines entre ethnies entraînant des massacres, des guerres tribales et des menaces de conflits étendus. Les sectes s’étendent et se multiplient. Les vocations se raréfient ; des communautés religieuses semblent s’éteindre, les églises se vident. Certaines ne servent plus au culte. Beaucoup d’enfants baptisés ne sont pas catéchisés, très peu sont confirmés. Certaines croyances importantes, comme celle de la présence réelle de Jésus vivant dans l’Eucharistie, sont combattues ; l’adoration de Dieu Tout-Puissant, Créateur, est remplacée par la foi (!) en l’évolution créatrice…

Sr Anne-Catherine Emmerich disait : « Satan sera déchaîné cinquante ou soixante ans avant l’an deux mille. » Serait-ce le triomphe de l’Enfer ? La Foi, l’Espérance, l’Évangile nous disent : « non ». Nous lisons dans saint Jean : « Ayez confiance, j’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33). La Sainte Vierge a dit à Fatima : « Finalement mon Cœur triomphera. » Le Cœur de Marie ? Certainement, ce Cœur qui ouvre les cœurs à l’amour du Cœur de Jésus. Le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie obtiendront le triomphe de la Charité divine, de l’Amour. Malgré toute la rage de l’Enfer, s’élève droit, fort, impératif, l’Amour ! Nous pouvons être certains que, même actuellement, la grâce de Dieu-Amour est puissante. Elle agit d’une façon mystérieuse dans des cœurs ouverts totalement à l’amour de Jésus et dans lesquels l’Esprit-Saint fait des merveilles. Pensons à sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qui agit dans le monde entier, pensons au Padre Pio, pensons à Marthe Robin, unie pendant cinquante ans à Jésus souffrant sa Passion. Pensons aussi aux Papes admirables de lumière et de zèle dont Dieu nous a fait la grâce au cours de ce siècle. Tout cela prépare la fécondité future de la Rédemption. L’immolation du Fils de Dieu, voulue par l’Amour du Père, par l’Amour du Cœur de Jésus Lui-même, fournaise ardente de charité, et par l’action puissante de l’Esprit créateur et sanctificateur, vaincra la haine, la révolte orgueilleuse de l’Enfer, l’égoïsme, le culte de l’argent et du plaisir.

Mais comment l’Amour agira-t-il ? Comme toujours, il agira par les apôtres : « Allez, éclairez toutes les nations ; apprenez-leur à garder mes commandements » (Mt28, 19). Il agira par les cœurs auxquels le Cœur de Jésus s’est révélé, par la grâce divine largement obtenue par la prière de Marie médiatrice de toutes grâces. Il agira par les amis vraiment fidèles de Jésus, le Rédempteur, le Sauveur. L’Amour triomphera par les cœurs des amis de Jésus. Or, au milieu de tant de faiblesses, de tant d’erreurs, Jésus a quand même beaucoup d’amis. Mais il est vrai encore que même des consacrés ont perdu la compréhension profonde de son appel et ils n’ont pas l’ardeur dans la conquête des cœurs. D’où leur faiblesse dans la prière et dans l’action vraiment apostolique, et la stérilité qui en découle. C’est pourquoi il est certain que ce qui est nécessaire pour le triomphe de l’Amour, c’est la multiplication de véritables apôtres de l’Amour. Sinon se réaliserait une autre annonce de Notre-Dame à Fatima : « Si le monde ne se convertit pas, surviendra un terrible châtiment. » Il faut des apôtres de l’Amour ; il faut les apôtres des derniers temps annoncés par saint Louis-Marie de Montfort.

Mais qu’est-ce qui fait un véritable apôtre de l’Amour ? L’«apôtre» de l’Amour : selon le sens du mot «apôtre», c’est un envoyé de Dieu. C’est donc un prophète, car un prophète n’est pas, comme on le croit souvent, un homme qui prédit l’avenir. C’est un envoyé de Dieu qui parle en Son nom. Il est en contact avec Dieu et témoigne sur Dieu et son Fils : « Vous êtes les témoins » (Lc 24, 48). Pour qu’il soit le témoin de Dieu, il faut premièrement qu’il soit très uni à Dieu. C’est pourquoi ce qui fait un apôtre de l’Amour, c’est premièrement, impérativement, son union à Dieu par l’activité de l’âme croyante, aimante, priante, adorante, suppliante. Il faut la contemplation spirituelle, l’union de cœur et d’esprit le plus possible incessante. L’âme doit être nourrie par les temps consacrés uniquement à la prière, mais se prolongeant le plus possible, même pendant le témoignage, dans la propagation de la lumière et de l’action charitable ».

Puisse cette consigne spirituelle nous déterminer pour être les serviteurs fidèles et les parfaits amis de Jésus. Quels signes des temps nous faudra-t-il encore pour comprendre que le temps presse et que rien n’est perdu si Jésus trouve des apôtres véritables, qui se laissent posséder par Son Amour, qui exercent avec enthousiasme et joie le combat olympique de la pureté, qui sont courageux pour dénoncer les scandales dans l’Eglise et collaborer à son redressement, et qui rayonnent – la croix dans une main, le chapelet dans l’autre – l’esprit des apôtres des derniers temps, prophétisés par St Louis-Marie Grignion de Montfort et Notre-Dame de la Salette ? Alors, qu’en ce monde marqué par tant de haine, de violences, d’impuretés, s’élève droit, fort, impératif : l’Amour = Jésus dans ses amis fidèles !

 

4) La quatrième rubrique : formation

            Comprenons mieux ce qu’est la vraie liberté, en ce 50e anniversaire de 68. Approfondissons la morale de l’Eglise sur la pureté du cœur, du corps et de l’esprit. Développons l’énergie du bel amour et éduquons à la pureté d’intention et de langage.

5) La cinquième rubrique : action

        Responsabilisons ceux dont nous avons la charge. Vivons dans la vérité. Seule la Vérité permettra de sortir victorieux du combat actuel contre l’Enfer. L’heure est au courage ! Relisons ce qu’en dit Jean-Paul II dans son dernier livre « Levez-vous! Allons ! »

6) La sixième rubrique partage

           Partageons nos soucis et nos angoisses avec ceux qui sont capables de nous comprendre et de nous aider et qui sont courageux pour défendre la vérité. Exerçons le discernement.

7) Actualité de l’Eglise et du monde

          Nous avons parlé, dans l’introduction, de la tragique actualité de l’Eglise. Le témoignage de Mgr Carlo Maria Vigano est vrai. La crise est très grave. Nous vivons le temps de la grande tempête. Ne nous décourageons pas. Prions et offrons pour le Pape, les Cardinaux, les évêques, les prêtres, les diacres, les consacrés et les fidèles laïcs. Notre Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique, est toujours « jeune et vivante », parce qu’elle est le Peuple de Dieu, le Corps du Christ, le Temple du Saint-Esprit. Ne rougissons pas de Jésus. N’ayons pas honte de l’Eglise et soyons ses pierres vivantes. L’heure actuelle nous aidera peut-être à mieux comprendre le dernier grand appel de Jean-Paul II : « Levez-vous ! Allons ! »

 

          Nous vous souhaitons une bonne rentrée et nous vous assurons de nos prières et de notre affection. Je confie à vos prières les retraites de la communauté et la profession des vœux perpétuels de nos sœurs Adélaïde et Gabriella, le samedi 8 septembre prochain. Merci de prier pour le postulant et les postulantes qui vont nous rejoindre. Je vous bénis paternellement et vous remercie de ne pas vous lasser de prier pour l’obtention des autorisations de l’Etat et de l’Eglise pour l’église du Cœur Immaculé de Marie. Je vous redis le dernier mot prononcé par sœur Agnès au moment de sa très grave rupture d’anévrisme, le samedi 4 août au soir : « confiance » !

Père Bernard

  1. Hamon Jean-Yves

    Merci mon Père de nous permettre de connaître la vérité, surtout lorsque l’on est isolé. Je reste dans la « confiance ». Il est urgent, pour moi, de prier pour notre Saint-Père et de jeûner un jour par semaine. Je vous reste uni par la prière. Affectueusement. Jean-Yves Hamon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *