Comment être fidèles aux promesses de notre baptême ?

Classé dans : Dans la médiathèque Domini, Formation | 0

Dans la médiathèque Domini… Humilité et vérité pour la fidélité aux promesses de notre baptême

Dimanche, nous fêterons le Baptême de Notre-Seigneur, manifestation de sa Divinité mais aussi préfiguration de notre propre baptême : Jésus sanctifie les eaux qui nous permettront de devenir enfants de Dieu ! Voici ce que disait ce matin saint Cyrille d’Alexandrie dans l’Office des Lectures : 

C’est pour nous que le Christ, au baptême, a reçu le Saint-Esprit

« Le Créateur de l’univers avait décidé de récapituler toutes choses dans le Christ, par une réalisation magnifique, et de restaurer la nature humaine dans son premier état. Il promet donc de lui rendre, avec tous les autres dons, le Saint-Esprit. En effet, elle n’aurait pas pu autrement retrouver la possession paisible et durable de ses biens. […]

Lorsque le temps de cette générosité a fait venir sur cette terre le Fils unique incarné, c’est-à-dire un homme né d’une femme, selon la sainte Écriture, Dieu le Père nous a encore donné son Esprit, et le premier qui le reçut fut le Christ, comme étant le premier exemplaire de la nature renouvelée. Jean le Baptiste l’affirme : J’ai vu l’Esprit descendre du ciel et demeurer sur lui. ~

Si l’on dit que le Christ a reçu le Saint-Esprit, c’est en tant qu’il s’est fait homme et en tant qu’il convenait à l’homme de le recevoir. […]

Celui qui était Dieu, engendré par lui avant les siècles, le Père dit qu’il est engendré aujourd’hui : cela signifie qu’il nous accueille en lui comme des fils adoptifs, car toute l’humanité était contenue dans le Christ en tant qu’il était homme. En ce sens, on dit que le Père, alors que son Fils possédait déjà son Esprit, le lui donne de nouveau, de telle sorte que nous soyons gratifiés de l’Esprit en lui. C’est pour cela qu’il prend en charge la descendance d’Abraham, selon l’Écriture, et qu’il s’est rendu  en tout semblable à ses frères.

Ce n’est donc pas pour lui-même que le Fils unique a reçu le Saint-Esprit. Car l’Esprit est à lui, en lui et par lui, comme nous l’avons déjà dit. Mais parce que, s’étant fait homme, il possédait en lui toute la nature humaine, il a reçu l’Esprit afin de la récapituler tout entière, en la restaurant dans son premier état. ~ Nous pouvons donc voir, par un sage raisonnement et en nous appuyant sur les affirmations de la sainte Écriture, que le Christ n’a pas reçu l’Esprit Saint pour lui-même, mais plutôt pour nous, qui étions en lui. Car c’est par lui que nous parviennent tous les biens.« 

Ayant reçu de si grands biens de la part du Seigneur, nous devons prendre garde à rester fidèles aux promesses qui y sont associées ! C’est le sens de cet enseignement donné lors de notre journée de Carême 2017. 

Sr. Colombe, 26 mars 2017, Saint Pierre de Colombier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *