Émerveillons-nous devant l’amour gratuit de Dieu à notre égard !

Classé dans : Actualité Domini, Homélies | 0

Homélie du samedi 16 mars 2019 –  Première semaine de carême (WE Foyers à Sens) (P. Bernard)

Bien chers amis,

Nous prions Notre-Dame des Neiges de vous obtenir les grâces de vivre un saint carême, les yeux fixés sur Jésus et les mains ouvertes pour secourir ceux qui souffrent. Mère Marie-Augusta disait à ses enfants spirituels : « que faire et faire faire pendant ce carême ? Mais la belle aventure de l’Amour ».

Les paroles de Moïse, dans la première lecture, ont fait découvrir au Peuple d’Israël la grande grâce, qui lui a été faite et qui le met à part des autres peuples de la terre. Le don de la Loi sur le Sinaï, compris dans le cadre de l’Alliance scellée par Dieu avec Israël, est un grand Don d’Amour de Dieu, qui a fait du Peuple de Dieu un peuple qui a fait alliance avec la Sagesse éternelle. Moïse fait remarquer à Israël qu’il n’est pas meilleur que les autres peuples, mais que Dieu l’a aimé d’un amour de prédilection : son élection ne s’explique que par l’Amour gratuit de Dieu ! Soulignons aussi que le mot «Alliance» ne se comprend que par rapport au mariage. L’Alliance de Dieu avec Israël n’est pas un contrat juridique, mais un pacte d’amour. Le prophète Osée sera inspiré par Dieu pour affirmer que Yahvé est l’Epoux d’Israël ! Emerveillons-nous devant l’Amour gratuit de Dieu à notre égard ! Par notre baptême, nous participons d’une manière supérieure encore à l’Alliance scellée par Dieu avec Son Peuple ! Nous sommes membres de l’Eglise, Peuple de Dieu, Corps du Christ ! Puisse ce temps du carême nous obtenir la grâce de nous enthousiasmer devant ces mots de Saint Léon le Grand : « Reconnais, ô chrétien, ta dignité… Souviens-toi de quelle tête et de quel corps tu es membre ». Ne nous laissons pas déstabiliser par tous les évènements actuels dans l’Eglise et le monde. Rendons grâce à Dieu d’être chrétiens, frères et sœurs de Jésus, membres de Son Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Mais n’oublions pas, en ce temps de combat spirituel, que l’Alliance n’est pas une garantie de Salut universel. En retour de l’amour de prédilection de Dieu, Israël s’est engagé à observer les 10 commandements de Dieu. Hélas, cet engagement n’a pas été tenu ! Les prophètes ont reproché au Peuple ses désobéissances. Ils n’ont pas été écoutés ! L’exil de 70 années à Babylone a été le châtiment de justice et de miséricorde infligé par Dieu à son Peuple afin qu’il revienne à la fidélité à l’Alliance. Au début de ce temps de carême, l’Eglise nous invite à réfléchir sur notre propre fidélité. Au jour de notre baptême, comme Israël, nous nous sommes engagés à être fidèles aux promesses de notre baptême. Jean-Paul II nous avait posé cette question fondamentale, en juin 1980 : « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Demandons la grâce de la fidélité et prions pour que la France, Fille aînée de l’Eglise, se convertisse enfin ! Soyons les petits instruments des Cœurs de Jésus et de Marie pour hâter le jour de cette conversion. Rien n’est impossible à Dieu !

            Le psaume 118 révèle que la Loi de Dieu n’est pas un fardeau, un joug qui contraint notre liberté, mais elle est un don de Dieu, qui nous permet de vivre dans la Sagesse et la joie de Dieu. Si les ministres ordonnés et les consacrés, qui ont causé les scandales qui ne cessent d’être révélés dans les Médias, avaient été fidèles aux 10 commandements de Dieu, le visage de l’Eglise ne serait pas aujourd’hui défiguré. Prions pour leur conversion, prions pour leurs victimes et décidons-nous pour la vraie sainteté par l’observance dans l’Esprit Saint de la Loi de Dieu, qui nous permet de vivre dans la liberté des enfants de Dieu.

Dans l’évangile de ce samedi, Jésus nous a appelés à être parfaits comme notre Père céleste est parfait en aimant nos ennemis et en priant pour ceux qui nous persécutent. Jésus ne demande-il pas quelque chose d’impossible ? Nos frères persécutés en différents pays du monde sont les témoins de la vérité de l’évangile. Puisse leur témoignage nous entraîner afin de ne pas vivre dans la peur et l’angoisse. Demandons au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges, d’imiter le courage des martyrs de notre temps en menant et faisant mener le combat olympique de la pureté. Nous vivons en un monde où Dieu est comme absent ; où la violence, le mépris de la vie et l’impureté grandissent. Ce monde, cependant, nous devons l’aimer comme Dieu l’aime. Jésus nous appelle à collaborer avec Lui et avec le Cœur Immaculé de Marie pour sauver les âmes. Mère Marie-Augusta, en 1948, disait : « le temps presse. Les démons sont déchaînés à travers ce monde perverti. Les cœurs sont pleins de désirs de vengeance, de crimes horribles. Et cependant au milieu d’eux s’élève droit, fort, impératif : l’Amour. C’est Jésus dans ses amis fidèles ! » Désirons ardemment faire partie de ces amis fidèles, consacrés au Cœur Immaculé de Marie.

Je voudrais conclure cette homélie par ce témoignage : tout ce que vous recevez en nos Foyers, c’est à nos Fondateurs que nous le devons. Ce sont eux, nos Père et Mère qui ont, par leurs mérites et leur sainteté de vie, obtenu les grâces de développement de notre Famille Domini. Depuis l’année de la mort de notre Fondateur (2 avril 2006), la divine Providence a mis à notre disposition cette Maison des Dominicaines de l’Eucharistie (à Sens). Elle nous permet de vous accueillir nombreux pour cette récollection. Prions les uns pour les autres afin que nous soyons fidèles à nos engagements. Le remède à la grave crise actuelle de notre Eglise réside dans la fidélité de chacun de ses membres et notre décision d’une vie sainte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *