Saint Joseph est un saint pour notre temps !

Homélie de la solennité de Saint Joseph – 19 mars 2019 (Fr. Joseph)

En nos temps si troublés où beaucoup peuvent douter de la possibilité de la pureté, où les media se complaisent dans une cascade de scandales réels et parfois calomnieux de prêtres et de prélats, on pourrait douter de la possibilité de la sanctification de l’homme par la grâce de Jésus. Pour donner espérance et zèle, regardons Saint Joseph

  • Témoignage de Mélanie de La Salette dans « L’enfance de Mélanie écrite par elle-même à la demande de ses confesseurs » (page 267 et 268)

– Saint Joseph est, après la Mère de Dieu, le saint le plus élevé en gloire dans le ciel des cieux.

– Dès sa jeunesse, par l’impulsion de l’Esprit Saint, il avait consacré à Dieu la belle fleur de sa virginité. D’un caractère doux, aimable, avenant, docile, il était surtout humble de cœur et d’esprit. Il avait le don de pureté en un degré si sublime, qu’il surpassa la pureté des anges. Il était aimé de Dieu.

Sa foi héroïque ne peut se comparer et, comme à la foi est dû le mérite et la gloire, il eut aussi la gloire du martyre. Son martyre proprement dit commença le jour de la Purification, en entendant la prophétie faite à notre douce Mère MARIE ; car il pénétra le mystère des douleurs de son Fils adoptif et de MARIE, si justement appelée Reine des martyrs. Or saint Joseph aimait ardemment le divin Enfant Dieu et il pensait continuellement à la passion qu’il devait endurer pour la rédemption du genre humain. Mais, ce qui augmentait sa douleur et lui faisait verser d’abondantes larmes, c’était que, comme enfant d’Adam, il devait être racheté au prix du sang de son divin Rédempteur. Son oraison était continuelle et son silence presque absolu.

– Saint Joseph s’endormit dans les bras de son Seigneur trois ans avant le crucifiement. Il est le patron de la bonne mort et il est toujours exaucé par Celui qui fut son Fils.

– Pureté: les paroles de Mélanie à ce sujet sont si belles, si resplendissantes de beauté, de délicatesse et de profondeur qu’elles rayonnent la vérité et provoquent l’adhésion.

– Union à la passion: Ce que dit Mélanie ne doit pas nous surprendre : Saint Joseph a connu la persécution d’Hérode (prélude de la passion avec Pilate et un autre Hérode, fils du 1er), il a connu les trois jours d’angoisse lors de la perte de Jésus (prélude des 3 jours de souffrance de la Ste Vierge quand Jésus serait au tombeau).

– Saint André de Montréal, grand dévot à St Joseph au Canada, faisait le chemin de croix avec st Joseph.

– Question posée à Padre Pio par Cleonice Morcaldi, à qui il donnait souvent des images de St Joseph

   Q/ Saint Joseph après la mort, assista-t-il à la passion de Jésus et souffrit-il ?

   R/ : La Passion de Jésus, il l’a soufferte durant sa vie en la prévoyant. (L’évangile de Padre Pio, Renzo Allegri, p 151)

 

  • Les vertus de Saint Joseph

– En lui, brille la vertu de pureté à un degré sublime. Quelle pureté de son regard et de son cœur pour être l’époux de l’Immaculée !

– En lui brille le dévouement le plus généreux et le plus total.

Si on considère les conséquences du péché originel qui sont entre autre la concupiscence charnelle et, dans les relations homme-femme la domination de la femme par l’homme, on peut dire que l’impureté est très liée à la volonté de domination. En effet, l’impureté est le contraire de l’amour-don, elle est recherche de son plaisir égoïste, et cela conduit à la domination de l’autre.

St Joseph est totalement étranger à cela. Lui, si pur, si aimant est entièrement au service, il se sacrifie et ne domine pas du tout. Considérons ce qu’il a fait lorsque la Vierge Marie portait en elle l’Enfant-divin et qu’il ne connaissait pas l’origine de cet enfant : il décide de répudier en secret la Vierge Marie. Répudier Þ pas de vie commune ; en secret Þ la raison serait inconnue. Le résultat aurait été que la Ste Vierge aurait été secourue par de bonnes personnes et aurait eu la réputation sauve, tandis que St Joseph passait pour un homme irresponsable. Quelle merveilleuse décision d’amour : il ne domine pas, il sert.

– En lui brille la vertu d’humilité, la vertu d’effacement. Quelle humilité, quelle abnégation pour prendre sur lui la honte et préserver la réputation de la Vierge Marie, son épouse ! Lui, un fils de David, un homme de sang royal, vit si effacé ! Or c’est précisément ce qui le rend attirant.

– En lui brille la vie intérieure. Il parle peu mais il agit. La profondeur de sa vie intérieure apparait dans la promptitude des décisions fortes qu’il prend pour se conformer à la volonté de Dieu : pour épouser la Vierge Marie, puis pour accueillir paternellement le Fils de Dieu et se donner à lui.

– En lui brille la paternité si méprisée aujourd’hui,

– car on détache de plus en plus la venue d’un enfant de la dimension paternelle,

– car on ne comprend pas la paternité dans la vie religieuse : on veut bien une fraternité, mais sans supérieurs qui soient père ou mère

– car on ne comprend pas non plus vraiment la paternité dans la vie des prêtres.

Or Saint Joseph fut père d’une façon éminente. Il fut père de Jésus, père du Fils unique de Dieu le Père. Étonnons-nous du fait que Jésus, lui qui a demandé que l’on n’appelle personne « père » sur la terre car nous avons un seul père dans les cieux, ce même Jésus a appelé « père » un homme : saint Joseph.

Qu’y avait-il dans le cœur de saint Joseph pour être père d’une façon si sublime ?

Il y avait, c’est certain, de l’affection. Il y avait aussi le sens de sa responsabilité et de son autorité (manifestée dans la fuite en Egypte et le retour en Palestine).  Il y avait le dévouement total pour son fils, pour le protéger de tout mal : St Joseph fut le protecteur de l’enfance de Jésus. Devenir père, c’est se vouer totalement à l’enfant, c’est en quelque manière ne plus exister pour soi mais pour l’enfant. Cela demande un vrai dépouillement de soi. St Joseph a vécu ce dépouillement :

Comme préparation à la nativité, où st Joseph est devenu père, il a vécu un dur dépouillement quand il ne connaissait pas l’origine de l’enfant et qu’il était torturé dans son cœur.

Puis lors du recouvrement au temple, st Joseph entend Jésus dire « Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ? » C’est encore un difficile dépouillement. Grâce à ces dépouillements, s. Joseph sera pleinement père, père tout dévoué.

– On peut relever aussi que s. Joseph, ayant vécu aux côtés de la Ste Vierge, a vécu et compris d’une façon unique et supérieure la vocation de la femme dans le plan de Dieu. En effet, c’est en tant qu’époux de Marie, que s. Joseph a eu accès à la dignité de père du Fils de Dieu. Marie l’a précédé dans le « oui » à l’ange qui annonçait l’Incarnation ; après elle et avec elle, il a dit à son tour « oui » à l’ange. St Joseph a connu la plus grande fécondité de la vocation de la femme qui consiste à introduire le Verbe incarné dans la vie de l’homme : vocation sublime de la femme dont s. Joseph a reçu les bienfaits d’une façon si merveilleuse.

  • Faisons connaître et aimer saint Joseph

aux enfants : leur cœur encore innocent est certainement apte à comprendre l’innocence de s. Joseph, et s.  Joseph le préservera de ce qui peut salir leurs âmes

aux jeunes : ils peuvent apprécier sa pureté, les jeunes filles peuvent se mettre sous sa protection en toute confiance, les jeunes gens apprendront à son école la maîtrise de soi et le goût de ce qui est beau

Jeunes filles et jeunes gens seront guidés par lui dans la vie intérieure pour prendre les décisions concernant leur vie selon Dieu. Ils apprendront à ne pas se laisser séduire par la mode ou la mentalité ambiante

Aux époux : ils confieront leurs familles avec ses soucis matériels, avec les soucis des tentations du démon qui veut arracher les âmes à Dieu. Ils apprendront de lui la pureté et vivront dans la chasteté conjugale pour un amour épanouissant. Ils apprendront le dévouement l’un à l’autre. L’époux, le papa apprendra à être pleinement père et époux, vrai chef de famille entièrement donné et au service de son épouse et de ses enfants.

Aux religieux, il apprendra la vie humble et cachée mais toujours sous le regard de Dieu ; il apprendra la vie intérieure qui est si difficile en nos temps marqués par l’hypersensibilité, par le zaping

Aux prêtres et évêques : il apprendra la pureté et la paternité ; et aussi le sens de la femme et de sa mission dans l’Eglise.

Saint Joseph est un saint pour notre temps !

Fr. Joseph – Solennité de St Joseph, 19 mars 2019, St Pierre de Colombier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *