Avril 2019 : Je sais en qui j’ai cru !

Classé dans : Consigne spirituelle | 0

Je sais en qui j’ai cru (2 Tm 1, 12) : en Jésus, qui m’a aimé et s’est livré pour moi (Ga 2, 19) et qui est ressuscité pour ma justification (Rm 4, 25)

 

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

    Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFLe mois d’avril est ponctué par des dates qui évoquent des évènements qui nous ont marqués : 2 avril, anniversaire de la mort de Jean-Paul II (2 avril 2005) et de notre Père Fondateur (2 avril 2006) ; 11 avril : anniversaire de la mort de Mère Marie-Augusta (11 avril 1963) ; 18-21 avril (Triduum Pascal) : anniversaire de la mort en croix de Jésus et Sa Résurrection.

        Préparons-nous, par la neuvaine du 2 au 11 avril, à bien vivre le prochain Triduum pascal dans l’union à Jésus. Puisse le fruit de ce Triduum être la joie, que Jésus prédisait à ses apôtres : «vous serez affligés, mais votre affliction se changera en joie. La femme, lorsqu’elle enfante, est dans la souffrance parce que son heure est venue. Mais lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de ses douleurs, dans la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. Vous donc, aussi, vous êtes maintenant dans l’affliction; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira,  et nul ne vous ravira votre joie » (Jn 16, 21-22). Qu’aucune tempête ne nous ravisse la joie que Jésus veut nous donner !

            Nous voulons demander à Dieu la grâce de la sérénité dont jouissait Saint Paul,  alors qu’il était en prison pour Jésus et son évangile. Cette sérénité lui a permis d’écrire à son disciple Timothée : « je sais en qui j’ai cru ».

            Ce mois de mars a été bien éprouvant pour les membres de l’Eglise catholique !

        Le Cardinal Robert Sarah est très sévère, dans son dernier livre, envers ceux qui ont défiguré le visage de l’Eglise Sainte et Immaculée : «Certains hommes de Dieu sont devenus des “agents du Mal”».

        Le Cardinal Barbarin a présenté sa démission au Pape François, qui ne l’a pas acceptée en invoquant la présomption d’innocence. Le Cardinal Philippe Barbarin a cependant décidé de ne plus assurer sa charge de la même manière à présent. Le Pape François lui a accordé sa confiance, a dit le Cardinal Barbarin, qui s’est encore ainsi exprimé : «il m’a laissé la liberté de prendre la décision qui me paraît la meilleure pour la vie du diocèse de Lyon, aujourd’hui. À sa suggestion et parce que l’Église de Lyon souffre depuis 3 ans, j’ai décidé de me mettre en retrait pour quelque temps et de laisser la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten ». Aux personnes qui lui ont, comme nous, exprimé leur sympathie et leur soutien, le Cardinal Barbarin a demandé de garder les victimes dans « nos cœurs », et de prier Dieu de guérir tout ce qui doit l’être en elles d’abord, puis dans l’Eglise et toute la société. « Nous avançons, concluait-il, avec confiance vers Pâques, dépassés par tant de ténèbres, mais sûrs que la lumière et la Miséricorde seront victorieuses ».

            Le Cardinal Pell, 77 ans, se trouve dans une prison de l’État de Victoria, dans le sud de l’Australie, où on lui refuse le vin, nécessaire à la messe et où il est privé de bréviaire. Georges Weigel, le 27 février dernier (www.firstthings.com), écrivait : « un Niagara de calomnies a été déversé sur le cardinal Pell par les milieux politiques et les médiasmalgré le fait que quelques courageux journalistes australiens et le Père Frank Brennan (éminent jésuite australien) ont fait remarquer l’injustice de sa condamnation. Le dossier contre Pell a été truffé d’invraisemblances, et pire, depuis le début. La police de Victoria a entrepris une pêche aux témoignages contre Pell un an avant qu’une plainte n’ait été reçue d’une victime présumée ».

           Le Cardinal Müller parle de l’innocence du Cardinal Pell.

           Le Père Raymond de Souza écrivait, le 1er mars, qu’il fallait « appeler l’accusation du Cardinal Pell par son nom : persécution religieuse. » (www.ncregister.com).

          Ne nous laissons pas déstabiliser par tous ces évènements : des ministres ordonnés ont trahi, ils doivent être sanctionnés, mais nous devons prier et offrir pour leur conversion. D’autres ministres ordonnés ont été injustement condamnés. Prions pour eux afin qu’ils ne se découragent pas et n’oublions pas, comme nous l’a demandé le Cardinal Barbarin, de garder les victimes dans nos cœurs.

             Le permis de construire du Site Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier est « purgé » : aucun recours n’a été porté contre ce permis. Nous allons donc pouvoir commencer sans tarder la première tranche de travaux, comme cela a été convenu avec notre évêque. Merci à tous nos généreux bienfaiteurs : la construction du Site ne sera financée que par les dons des pèlerins et amis de Notre-Dame des Neiges (voir en fin de cette consigne ) !

I- Avant de commencer…

Prière d’introduction : Viens Esprit Saint… St Joseph, St Jean-Paul II, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Bse Marie-Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Ste Katéri, Ste Thérèse des Andes, Ste Marie-Cléophas, St Damien, Bse Marie-Gabrielle, Ste Marie-Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Catherine de Sienne, Ste Zita, St Louis-Marie, Ste Gianna Molla, St Pierre Chanel, Sainte Catherine de Sienne, Saints Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort : dans les succès, dans les échecs, toujours dire : « je sais en qui j’ai cru ».

Parole de Dieu : 2 Tm 1, 6-14 : St Paul ne se décourage pas, il sait en qui il a cru !

 

« Voilà pourquoi, je te le rappelle, ravive le don gratuit de Dieu, ce don qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains. Car ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération. N’aie donc pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur, et n’aie pas honte de moi, qui suis son prisonnier ; mais, avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Évangile. Car Dieu nous a sauvés, il nous a appelés à une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles, et maintenant elle est devenue visible, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté : il a détruit la mort, et il a fait resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile, pour lequel j’ai reçu la charge de messager, d’apôtre et d’enseignant. Et c’est pour cette raison que je souffre ainsi ; mais je n’en ai pas honte, car je sais en qui j’ai cru, et j’ai la conviction qu’il est assez puissant pour sauvegarder, jusqu’au jour de sa venue, le dépôt de la foi qu’il m’a confié. Tiens-toi au modèle donné par les paroles solides que tu m’as entendu prononcer dans la foi et dans l’amour qui est dans le Christ Jésus. Garde le dépôt de la foi dans toute sa beauté, avec l’aide de l’Esprit Saint qui habite en nous. » (2Tm 1, 6-14)

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

            1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline

            Dans l’examen quotidien de conscience, je m’examine pour savoir si j’ai vécu la consigne de cordée dans les succès ou dans les échecs de ma journée.

            2) La deuxième rubrique : prévisions. Liturgie :

 

            3) La troisième rubrique : consigne spirituelle : scio cui credidi !

            Notre Fondateur, à la suite de Mère Marie Augusta, répétait souvent ces mots de St Paul : « scio cui credidi » = je sais en qui j’ai cru (2 Tm1, 12). Lorsque St Paul les écrivait, il était en prison. Il ressentait très probablement l’échec humain et l’abandon de ses amis, mais il ne se repentait pas de s’être livré à Jésus et de Lui avoir tout donné ! Il gardait une confiance sereine et ferme au milieu de ses épreuves et il voulait affermir la foi de Timothée.

        Mère Marie-Augusta a utilisé la même expression à la suite de l’apôtre des Nations et de Marie-Thérèse Noblet, la fondatrice des ancelles en Papouasie (cf. livre du Père Pineau, p.257; 327-341). Notre Père Fondateur commentait ainsi la prière de notre Mère « scio cui credidi »: « C’est une affirmation de la Foi confiante dans une disposition essentielle en toutes circonstances, y compris et même surtout dans l’épreuve et la souffrance … C’est ainsi que l’on peut être fort malgré toutes les attaques du Malin, malgré toutes les meurtrissures, les blessures qu’il peut provoquer. Le «scio» sincère permet de dépasser toute crainte et de tenir dans l’amour confiant du Bien-Aimé auquel on s’abandonne de tout son cœur. On s’abandonne en disant comme la Sainte Vierge à l’Archange : « Ecce ancilla Domini ». Marie-Thérèse Noblet et Mère Marie-Augusta après elle ont eu la dévotion à la Sainte Vierge, non seulement en disant « Ecce » mais en ayant toute leur vie, dans leur cœur, la pleine disposition amoureuse à la volonté de Dieu, pour dire : « Ecce ad omnia » = me voici pour tout ce que Tu désires ».

         Le Père concluait son commentaire sur le « scio cui credidi » en rappelant le commandement de l’Amour que nous entendrons à nouveau en ce prochain Jeudi Saint : « aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés » (Jn 15,12). Et ajoute Jésus : « Personne n’a plus d’amour que celui qui offre sa vie pour ses amis ! » Jésus l’a fait et Il est notre modèle. La vraie vie, c’est la vie par la Foi en Dieu qui est Amour et qui est la Vie éternelle… avec l’aide d’un conseiller spirituel qui, lui aussi, doit s’efforcer de vivre de Foi et d’Amour et d’être un conseiller paternel, affectueux, patient et fort, à l’image de son Maître, et puisant en Lui son inspiration et la grâce ».

            Le « je sais en qui j’ai cru » révèle que la foi chrétienne n’est ni un sentiment (je sens), ni une opinion (je pense), mais une certitude (je sais) ! La foi permet de vivre, appuyé sur ce fondement stable et inébranlable : Jésus, le Fils de Dieu, qui nous a aimés et s’est livré pour nous et qui est ressuscité pour notre justification.

           Saint Pierre, s’enfonçant dans les eaux, a fait l’expérience de ce qu’est la Foi : il a retrouvé la confiance en saisissant la main que Jésus lui tendait (Mt 14, 31).

                Saint Jean, dans le chapitre 21 de son évangile, rapporte l’apparition de Jésus au bord du lac après la pêche miraculeuse et souligne ce fait important : les disciples n’osent pas Lui demander qui Il est, mais ils savent que c’est le Seigneur (Jn 21, 12). Les disciples ne reconnaissent pas Jésus ressuscité avec leurs yeux, mais ils sont sûrs que c’est Jésus : ils le savent !

           Puissions-nous être affermis nous aussi dans cette certitude : Jésus est le Fils de Dieu, nous le savons ! Il nous a aimés et s’est livré sur la Croix pour nous ; Il est ressuscité pour notre justification en nous faisant participer à Sa Vie de Fils du Père : nous sommes devenus enfants de Dieu !

            Conclusion synthétique :

            – Saint Paul, par cette expression, veut parler du combat de la Foi. Dans l’épreuve de la Foi, nous ne sommes pas seuls : Jésus est toujours avec nous. Pour remporter l’épreuve de la Foi, il nous faut sans cesse nous redire : « je sais en qui j’ai cru », mais il faut aussi de l’énergie : «Fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diableprenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit.» (Ep 6, 10-16).

            – Saint Paul nous appelle à agir sans peur dans la Foi et dans la joie : « Je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie. » (Ac 20,24). Témoignons dans la joie : je sais en qui j’ai cru !

            – Saint Paul nous invite à croire en la puissance de Jésus, agissant en notre faiblesse : « [Jésus] m’a déclaré : « Ma grâce te suffit: car la puissance se déploie dans la faiblesse. » C’est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ. C’est pourquoi je me complais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les détresses, dans les persécutions et les angoisses endurées pour le Christ ; car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2Co 12, 9-10). Jésus peut agir dans et par les pauvres instruments que nous sommes, si nous sommes humbles. Exerçons la vraie Foi confiante, le « je sais en qui j’ai cru», ce sera le meilleur remède contre le poison satanique qu’est l’orgueil. Les démons refusent de s’humilier. Leur orgueil les empêche de dire « je sais en qui j’ai cru ». Ne les imitons pas, ne dialoguons pas avec eux, mais vivons ce mois d’avril, les yeux fixés sur Jésus dans Sa Passion, puis dans Sa Résurrection. Aimons amoureusement Notre-Seigneur, qui s’est fait homme pour accomplir notre Rédemption et pour que nous devenions fils et filles de Dieu. Je sais en qui j’ai cru dans la foi et la joie !

           

            4) La quatrième rubrique : Formation

          Approfondir l’enseignement du CEC sur le mystère pascal dans le temps de l’Eglise : numéros 1078 à 1134.

            5) La cinquième rubrique : action

        En ce temps où le visage de notre Eglise est défiguré par les scandales qui ont été révélés dans les Médias, soyons les témoins courageux et enthousiastes de notre Foi en Jésus et en Son Eglise : nous savons en qui nous croyons !

           6) Partage : en notre église de Saint-Pierre-de-Colombier vont se dérouler :

  • l’ordination diaconale de nos frères Augustin et Benoît par notre évêque Mgr Jean-Louis Balsa, le dimanche 5 mai à 10 heures ;
  • les vœux perpétuels de frères Savio et Théophane, le dimanche 8 septembre : Messe à 10 heures et liturgie des vœux perpétuels à 15 heures ;
  • l’ordination sacerdotale de frère Thomas, le dimanche 20 octobre à 15 heures.  

 

        Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en vous remerciant pour vos prières et votre générosité. Nous vous assurons de nos prières journalières auprès de Jésus, Marie et Joseph et nous vous souhaitons un bon, fervent et fécond Triduum pascal : consolons le Cœur de Jésus si offensé en nos temps et collaborons avec Lui au renouveau de Son Eglise. Je sais en qui j’ai cru !                                       

Père Bernard

Merci à tous ceux qui veulent nous aider pour la première tranche des travaux sur le Site Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier !

 

           Les amis de Notre-Dame des Neiges se sont réjouis d’apprendre, le 15 décembre 2018, l’obtention du permis de construire du Site Notre-Dame des Neiges. La première tranche des travaux va commencer en mai 2019. Merci pour votre aide, petite ou grande, qui nous aidera à réaliser ce projet de nos Fondateurs, tout à la gloire de Notre-Dame des Neiges.

         > Pour nous aider, vous pouvez envoyer vos dons :

  • par chèque à l’ordre de « Famille Missionnaire de Notre-Dame » à : FMND, 65 rue du Village – 07450 Saint-Pierre de Colombier, ou
  • par virement, sur : Crédit Mutuel – IBAN : FR76 1027 8089 1100 0208 4900 121

                                                                                    BIC : CMCIFR2A

en précisant : « don pour Site NDN », et en indiquant dans chaque cas si vous souhaitez un reçu fiscal (merci  alors de nous communiquer votre adresse).

            Nous vous remercions et vous assurons de nos prières auprès de la Sainte Famille : Jésus, Marie et Joseph.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *